Via Ferrata de Cavaillon : balade sur les falaises

Il fait encore bien bon en cette journée d’automne. L’été joue les prolongations et on a envie de passer du temps dans la nature et même de prendre de la hauteur. Alors direction Cavaillon, au pied du Luberon, pour une balade acrobatique sur les falaises de la colline St Jacques, la Via Ferrata.

Pas besoin d’être un expert en escalade pour pratiquer l’activité, mais être un peu sportif quand même. Et pour vous convaincre que rien ne vous arrête, l’échauffement commence par une « grimpette ». Nous empruntons le petit chemin qui sent bon la garrigue qui part tout près de l’Office de tourisme de Cavaillon et qui monte en haut de la colline d’où part la via ferrata. On est tous impatients et joyeux d’en découdre avec les prises métalliques, les escaliers, les ponts de singes… ! A nous la verticalité et le vide !

Vue depuis la colline St Jacques

Première étape, s’équiper.

Casque, baudrier, longe. Nous avons loué le matériel nécessaire à Cavaillon (se renseigner à l’Office de Tourisme). Même en cette saison, il peut faire assez chaud alors nous avons chacun un petit sac à dos avec un en-cas (les sensations fortes ça creuse) et une bouteille d’eau.

Les plus sportifs d’entre nous ont choisi le circuit le plus long, la via Souterrata qui dure environ 3h. La majorité d’entre nous est plus raisonnables et choisit la via Natura qui peut être bouclée entre 1h et 2h.

Premières sensations, le départ.

Et là bizarrement, je ressens quelques petits picotements dans le ventre et mes jambes semblent moins solides. Dos au vide, on descend une échelle verticale pour rejoindre les câbles sur lesquels nous allons nous élancer et surtout nous accrocher.

Au départ de la via ferrata !

Deux mousquetons dans un sens pour les passages horizontaux ou dans l’autre sens pour les passages verticaux … puis on enchaîne ainsi pour progresser. La manœuvre est aisée mais tout le monde reste bien concentré car nos pieds ne retrouvent plus le plancher des vaches, mais des filins d’acier ou quelques prises dans le rocher.

Sur la via Ferrata © Colombe

 

Et c’est ainsi que tels des lézards, s’amusant de la progression très lente d’un ami ou d’une bonne blague, rien que pour accentuer les sensations, à coup de cliquetis de mousquetons nous arrivons à une plate-forme rocheuse pour une petite pause.

Pause sur la via Ferrata © Colombe

Fiers du chemin déjà parcouru, nous profitons alors pleinement du paysage qui s’offre à nous. Le Luberon qui prolonge la ville, le Mont-Ventoux plus au Nord ou encore la Sainte-Victoire au loin. On profite du panorama en silence. Seuls les bourdonnements de quelques habitants de la falaise viennent perturber ce moment de contemplation.

Deux itinéraires pour des sensations pour tous

C’est là que se séparent nos 2 groupes. Ceux du circuit court finissent la boucle plus facile sur le retour, avant les autres.

 

La joyeuse bande se retrouve enfin pour s’amuser encore des situations rencontrées, du frisson du dévers, du balancier du pont mais surtout de l’aventure partagée entre terre et ciel.

La vidéo faite au printemps

 

Conseils pratiques :

Accessible aux enfants de plus de 1m30 pour la Via Natura, et 1m50 pour la Via Souterrata

Prévoir des chaussures de sport

Plus d’infos sur http://www.luberoncoeurdeprovence.com/bouger/la-via-ferrata-de-cavaillon

Sylvie Poux

Ecrit par

Tombée sous le charme et la qualité de vie du Vaucluse, il y a plus de 30 ans, je continue à m’émerveiller des paysages, de la lumière, des gens avec « l’accent » et de leur authenticité. A cela se rajout l’envie irrésistible de vous faire partager mes coups de cœur et mes découvertes gourmandes, culturelles ou pittoresques.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *

Menu