Le Top 5 de nos jardins

Des plantes rares, des légumes anciens, des fruits palissés, des plantes tinctoriales, des buis taillés, un magnolia géant : une balade délicieuse dans 5 de nos plus beaux jardins…

Les Jardins Val Joanis (Pertuis – Luberon)

Val Joanis plante ses jardins au milieu des vignes. Il faut dire que c’est aussi un domaine viticole. Son architecture est basse pour se glisser dans le paysage. D’abord, le vin du domaine, en AOC Luberon est un délice et s’intitule « Les Griottes », « Les Merises », « Les Aubépines » ou encore « Les Agasses » pour raconter le mélange des genres dans cette propriété viticole et sa bastide du 16e bâtie sur une ancienne villa romaine.  Il n’y a pas que le vin qui passe des fruits aux fleurs avec quelques pies bavardes en guise de veilleuses car le château de Val Joanis, du nom de son propriétaire au 19e, propose des « Jardins remarquables », dûment classés par le ministère de la Culture.

On passe de l’un à l’autre par le tunnel de rosiers grimpants. Les trois terrasses sont stylées à la Française, bordées par des pierres romaines recyclées en murets, un ancien bassin qui allait avec la villa, à l époque. Comme une improvisation maîtrisée, on trouve ici des Ifs effilés pour baliser l’horizon, là des buis ciselés pour marquer le territoire, des asters vivaces qui emmènent vers des pommiers et des poiriers palissés. Et le décor change bien entendu au fil des saisons.

tonnellederosesVal-Joanis.jpg-800

JardinsdeValJoanis-3.jpg-800

En savoir plus...

 

Le Jardin Conservatoire des Plantes Tinctoriales (Lauris – Luberon)

Un écheveau de laine jaune comme de l’ortie. Voici pour le côté teinturier. Et sous prétexte que cette plante commune est tonique et anti-inflammatoire, certains en font de la bière, voilà pour le côté médico-festif. Pareil pour le genévrier, diurétique puissant, superbe dans la choucroute… Si vous voulez faire un plein d’anecdotes en guise de nuancier,  parcourrez le Jardin Conservatoire des Plantes Tinctoriales du Château de Lauris et penchez vous sur ses fiches pédagogiques. L’Association Couleur Garance y compose et entretient une palette planétaire, un planisphère en couleurs, un grand livre botanique ouvert en plein air sur le monde. Ce jardin est unique en Europe, et permet d’observer environ 250 espèces de plantes tinctoriales, dont on extrait des colorants pour la teinture, l’alimentation, la cosmétique et l’art. Ici, la «chimie verte» fait la nique à tout ce que l’on a pu inventer avec le pétrole et autres produits de synthèse discutables. On en repart en sachant que l’indigo est une plante qui protège des infrarouges et pas seulement une couleur de l’arc-en-ciel, que la carotte, jaune au départ, est devenue orange au fil des croisements… bref, on fait connaissance avec nos voisines des chemins, des roubines et des massifs qui ont plein de choses à nous apprendre.

_MG_0366.JPG-800

_MG_0312.JPG-800

En savoir plus …

Le Jardin Romain de Caumont sur Durance (Avignon)

Le gotha des vieilles divinités – Diane, Cérès, Minerve et les autres- se retrouve dans ce paradis champêtre et lapidaire aux portes d’Avignon. Vers la fin du IIIe siècle, c’était ici une propriété grandiose de dignitaires romains avec luxueuse villa, thermes… Il en reste un bassin d’agrément monumental de 65 mètres de long sur 3,20 mètres de large, au fond pavé de briquettes en argile de couleurs posées en épis. Une merveille archéologique. Comme une invitation au voyage ou aux trempettes sans fin, cette ligne d’eau s’étale au milieu d’un jardin délicieusement pédagogique dédié symboliquement aux dieux antiques. A chacun son petit coin de jardin. Ainsi, au gré d’une centaine d’espèces de plantes et d’arbustes, on peut se balader chez Jupiter entre chêne et immortelles, croiser cyprès, lauriers, jacinthes, les amours contrariés d’Apollon, l’iris et le bleuet de la douce Flore, le figuier de Cérès, le pommier de Pomone, Minerve et ses oliviers…

_MG_0124.JPG-800

IMG_0093.JPG-800

En savoir plus…

 

Les Jardins du Château de Brantes (Sorgues – Avignon)

Platanes et Magnolia géants, fleurs vivaces et grands bassins se disputent d’élégance dans le délicieux paradis de verdure à l’italienne qu’est ce jardin  aux portes d’Avignon. D’agapanthes en pivoines, de rosiers iceberg en lilas des Indes qui ont déjà fêté leur centenaire, la famille de Brantes s’est évertuée à fignoler le patrimoine, l’embellir grâce aux eaux de la Sorgue qui coulent par les petits canaux, les mini écluses, surveillés par des angelots observateurs, dans une palette en vert, blanc, rose et bleu selon les essences. Le très vénérable Magnolia à grandes fleurs, bicentenaire aux 6 mètres de circonférence, est le plus vieux d’Europe et les platanes de 26 mètres de haut composent, sur 2 hectares, la plus grande plataneraie d’Europe. Le tout sur fond de château du 18e qui fleure bon la Toscane.

JardinsdeBrantes-6.jpg-800

JardinsdeBrantes-10.jpg-800

En savoir plus…

 

Les Jardins de l’Abbaye  Saint-André (Villeneuve-lez-Avignon) 

Quand on parcourt les allées de ce jardin de 2 hectares, on flâne dans une succession d’ambiances, toscane, provençale, romantique, minérale… et si on ne se laisse pas aller qu’à la rêverie, on découvre aussi  plus de 100 espèces de plantes qui s’épanouissent au milieu de vestiges historiques. On s’attend à y voir déambuler quelques moniales bénédictines au milieu des parterres fleuris de rosiers ou des oliviers centenaires. Car on est là dans une ancienne abbaye, fondée au 10e siècle et située dans l’imposante enceinte du Fort Saint André qui domine le Rhône et fait face à Avignon, située sur l’autre rive.

Le jardin à l’italienne retrace les embellissements faits au 17e et 18e siècles avec ses deux très beaux bassins à haute margelle, ses tables rondes en pierre avec leurs bancs tout aussi ronds, ses parterres de rosiers anciens, santolines, lauriers et sa pergola où grimpe des glycines…

Le jardin méditerranéen en terrasse offre une vue sublime. Il s’étend jusqu’à la chapelle de Sainte-Casarie du 11e qui a retrouvé sa silhouette d’origine. Sans plan précis, planté d’oliviers centenaires et d’espèces méditerranéennes alliant harmonieusement le végétal au minéral, il laisse les plantes s’épanouir librement redonnant vie aux vestiges de ce qui fut l’un des grands monastères du sud de la France.

Une belle harmonie, de quoi à nouveau y chanter la louange !

IMG_2555 (Large)

IMG_2780 (Large)

En savoir plus…

 

Photos Olivier Maynard/Abbaye St André, Alain Hocquel, Valerie Biset, Domaine Val Joanis

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par HEDOUIN Liliane le 19 mai 2016, 08:15 [Réponse]

    Très bel endroit. j’y retournerais volontiers.

  2. Ecrit par Marcel Baetens le 12 mai 2016, 17:44 [Réponse]

    N’oubliez certainement pas le jardin de la Louve (Bonnieux) parmi les plus beaux jardins du Vaucluse.

  3. Ecrit par Guillaume Jacqueline le 12 mai 2016, 09:32 [Réponse]

    Merveilleux, super. J’adore la Provence.

  4. Ecrit par Chambon le 11 mai 2016, 18:01 [Réponse]

    C’est magnifique.il y a des annees que je passe mes vacances dans le Vaucluse et je ne connais pas

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *