Séguret : sur le toit de la Provence

Toit ouvert, au volant de mon véhicule, je traverse de nombreux petits villages de Provence, quitte Gigondas puis Vacqueyras réputés pour leurs vins. Je laisse aussi derrière moi les Dentelles de Montmirail. L’horizon est dégagé avec des vignes à perte de vue. Au loin, des forêts de pins offrent leurs couleurs verdoyantes. Séguret apparaît, à flanc de colline, tel un village tout droit sorti d’une crèche provençale.

Au Moyen-âge, les habitants se sentaient en sécurité à Séguret, d’où le nom du village ©Colombe Production

L’école communale se dresse en bas du village tout comme l’Office de tourisme. Mais la route m’invite à grimper. Un bref instant, puisqu’au pied d’une paroi rocheuse, sur laquelle se découpent les branches de pins d’un vert tendre printanier, un parking austère m’attend. Ici, commence à pied la visite de Séguret.

Séguret est un village de 850 habitants où se sont perpétués depuis des siècles les traditions provençales @Colombe Production

A peine 100 mètres de montée et les premières images de ce village, classé par les 157 plus beaux de France, se dessinent. Les remparts du XIVe siècle accueillent chacun des visiteurs. Immédiatement, je suis frappée par la beauté des ruelles. Rarement, j’ai vu d’aussi belles calades de pierre brute.

Les ruelles sont étroites et formées de belles calades de pierre brute ©Colombe Production

Je cherche en vain quelques commerces dans cet authentique village de 850 âmes, mais seuls un atelier créateur de bijoux, une galerie d’art et un commerce de souvenirs et produits du terroir, ont pignon sur rue.

©Colombe Production

Pour le reste, les maisons, serrées les unes contre les autres, bénéficient quasiment toutes d’une vue imprenable sur la vallée.

Au Moyen-âge, les habitants s’y sentaient à l’abri de l’ennemi, d’où le nom donné au village qui signifie en provençal « Sécurité ».

©Colombe Production

La Fontaine de Mascarons du XVIIe S. est classée Monument historique ©Colombe Production

Au tournant d’une montée tout en calade, je me retrouve face à une imposante Fontaine presque trop grande pour la placette qui l’accueille. C’est la fontaine de Mascarons, datant du XVIIe S. et classée Monument historique. J’arpente à nouveau les ruelles en grimpant toujours et encore, et je suis la pancarte « église ». Une esplanade dénudée laisse place à une imposante église dont les fondations datent du Xe siècle.

L’église de Saint-Denis est un haut-lieu de la tradition provençale ©Colombe Production

Je suis la direction du château à présent. Et je me retrouve nez-à-nez avec une grande pancarte sur laquelle est inscrit « Forêt communale de Séguret ». C’est donc cette forêt que j’apercevais de la plaine…

Le sentier caillouteux mène au château en ruine © Colombe Production

Cette belle forêt de pins fait partie intégrante de ce village, surplombé par un château où étaient postés jadis les guetteurs chargés de protéger les villageois. Invitée à emprunter le sentier caillouteux, je marche une vingtaine de minutes au milieu des pins. Ce village aux portes de la nature est décidément plein de surprises. Le sentier offre une vue panoramique sur les villages voisins, la plaine de l’Ouvèze et les Dentelles de Montmirail.

Une tour de guet carrée et la façade ouest d’un donjon témoignent du passé © Colombe Production

Au sommet du sentier, à 363 mètres d’altitude, en guise de château, je découvre une tour de guet carrée envahie par la végétation qui reprend ses droits et quelques vestiges de la façade Ouest d’un donjon. Mais la vue, en revanche, y est exceptionnelle!

Un banc me tend les bras… et le vent au souffle printanier m’appelle tel le chant des sirènes. Je me laisse envahir par la chaleur du soleil provençal, le regard lointain, appréciant  la danse silencieuse des branches de pins. La vue est imprenable. Moi aussi je me sens en sécurité dans ce havre de paix.

 

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d'Avignon. Telle une colombe, j'aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur...’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *