Le Maître es pulpe et Touilleur de chaudrons de la Ruchofruit

Confitures, gelées, chutneys et sauces ; chacun peut en faire avec les quatre fruits ou légumes de son jardin, mais les réussir, ça demande un coup de patte spécial, ou de la créativité ! Christophe George le sait bien : depuis qu’il a repris l’année dernière les rênes de Ruchofruit, petite entreprise artisanale de Flassan, il nourrit le rêve d’ emmener plus loin encore l’art de la conserve et de la confiture, pour mettre le Vaucluse en conserve ! Aujourd’hui, on teste une « sauce rouge de légumes », et on réalise une confiture de cerises … Christophe en a commandé 150 kilos ! En un seul mot : Miam !

Christophe George goûte la préparation

Des oignons, des tomates, des poivrons, de l’ail et de la bonne huile d’olive : c’est la base de la sauce qu’on élabore aujourd’hui, mais encore faut-il cuire, à bonne température et à bon feu, puis savoir en faire un produit qui portera loin le prestige de la Provence … Plusieurs critères intéressent Christophe : le « fondu » des ingrédients, la texture de la mixture, son aspect aussi, « parce que ça doit pouvoir tenir sur un toast », et, bien entendu, la qualité première des ingrédients. Pour ce dernier impératif, on peut faire confiance à l’été et au Vaucluse pour fournir à Christophe les plus beaux des fruits et des légumes. « C’est ce qui nous a séduit dans Ruchofruit : transformer de beaux produits qui poussent à quelques kilomètres. C’est toute une identité régionale que nous avons adoptée ! ». Le voilà déjà amoureux de ce petit pays de Flassan, qui l’a vite adopté.

Moi je ne trouve cela pas mauvais, mais les papilles de Christophe en décident autrement ; « on refait ! » Sentence terrible qui ne retient pas cette recette au casting. Pas assez de mâche, les morceaux trop petits, la liste des défauts est trop longue pour le patron-goûteur, qui a une idée derrière la tête: créer un ketchup provençal, quelque chose qui se distingue des ketchups du commerce, qui fait chanter des cigales sur les papilles.

Phase suivante.

Nous passons à l’élaboration de la confiture de cerises, un classique de la maison, très demandé en ce moment. La production se fait quasiment à flux tendu en fonction de la demande, avec des produits ultra frais, et toujours cueillis à une maturité optimum. « Le goût n’est vraiment pas le même ! On aurait le culot, nous petits artisans, de saturer de sucre un produit qui se suffit largement à lui-même ? Non ! ». De fait, la confiture que me fait goûter Christophe est parfumée, explose en bouche, mais pas sucrée à outrance. On finirait le pot, et ça c’est souvent le signe d’un bel équilibre entre le sucre du fruit et le sucre ajouté !
J’en profite pour signaler une pratique répandue dans le business de la confiture : certains ont trouvé l’astuce d’associer sucre et fructose ajoutée pour dissimuler (sur l’affichage des ingrédients) le fait qu’ils saturent une base de fruit maigre avec des sucres rapportés . Veillez, si vous souhaitez avoir une bonne teneur en fruits dans votre confiture, à vous assurer qu’elle en possède au moins 55%

Christophe, lui, se fait défenseur du fruit, maître es pulpe, touilleur de chaudrons emplis d’une marée rose et rouge. Les cerises, des burlats grosses comme des balles de ping-pong, commencent à fondre dans la bassine en inox, émettent une mousse légère et odorante. Passé ce bouillon, elles seront écrasées, réduites en purée, puis recuites à feu doux avec des morceaux de cerises entières, pour une bouche plus consistante.

Pour tous les amoureux de ce terroir fertile qu’est la Provence, La Ruchofruit est un pourvoyeur de saveurs. Vous souhaitez retrouver le parfum des cerisiers en fleur, un soir à Flassan ? Ouvrez une confiture. Revoir la figue sur son arbre l’été, mûre et sucrée ? Prenez un Chutney. Ensoleiller vos plats de légumes mûrs et fondants, cueillis à quelques pas du Mont Ventoux ? Allez voir la gamme salée, il y en a pour tous les palais.

 

La Ruchofruit
210, combe de Canaud
84410 FLASSAN
04 90 70 24 33
contact@ruchofruit.fr
www.ruchofruit.fr
www.facebook.com/ruchofruit.confitures

 

Texte et photos Pierre Marilly

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *