Petit à poterie…l’argile fait son nid !

Atelier poterie en Luberon

Ça y est, la saison automnale est arrivée en apportant avec elle son lot de couleurs : vert, orange, marron, pourpre et un ciel toujours aussi bleu. J’ai observé un moment les différentes teintes que m’offrait le paysage en songeant à mes prochaines occupations.

Solliciter le corps, les mains, le toucher. Ressentir de manière tactile. Créer. Avec des couleurs.

J’appelle Alain Briffa, céramiste à la poterie de Pierroux, à Roussillon, qui me convie à son prochain cours.

poterie de Pierroux

Jour J.

Le cadre est très bucolique, chemin de terre et de gravier, arbres et champs entourent la maison. J’entends le caquètement des poules au loin. C’est reposant.

Je m’avance vers l’atelier où s’affaire déjà Alain, le maître des lieux, qui me reçoit d’une manière chaleureuse. Avant de commencer, nous apprenons à mieux nous connaître. Il m’explique qui il est, son parcours et comment la poterie s’est immiscée progressivement dans sa vie jusqu’à en devenir son activité principale. Alain est passionnant, passionné, et se forme actuellement en art thérapie. Son souhait de vouloir aider et de transmettre quelque chose saute aux yeux. Membre actif de l’association sans logis depuis 2002, il a à cœur la recherche d’une qualité de vie, pour lui, pour les autres surtout.

Humain, altruiste et véritablement attaché aux valeurs humaines, il utilise un langage qui se veut rassurant et apaisant. C’est un temps d’échange où l’on apprend à se recentrer sur soi, à profiter de l’instant présent.

Vient ensuite la visite de son atelier de 60 m², qu’il est fier de me montrer puisqu’il l’a construit lui-même. Il m’emmène devant ses trois fours, essentiels à l’art potier : celui utilisé pour le raku (une technique de cuisson d’origine japonaise), puis le four à gaz, et enfin le four électrique , permettant de donner à la matière des résultats tout à fait différents.

Raku

Raku

four à gaz

Four à gaz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

four électrique

Four électrique

En face de l’atelier, il y a un coin aménagé pour exposer les créations destinées à la vente.

Vases, vinaigriers, tasses, plats et autres poteries baignent dans la lumière du soleil qui met en exergue leurs magnifiques couleurs.

Exposition des poteries

Création de la poterie

Une fois la visite terminée, j’ai encore plus envie de me mettre à la tâche. Je retourne dans l’atelier accompagnée d’Alain qui me tend un tablier.

Les choses sérieuses commencent.

Il me lance un premier défi :

créer une pâte suffisamment malléable pour que je puisse la travailler, à l’aide d’un bloc d’argile dur, d’un bloc d’argile mou, de deux petits bâtonnets de bois reliés par un fil de nylon et d’une spatule en fer.

Terre pour poterie

Grâce au fil de nylon, je coupe en morceaux l’argile dure, puis la mélange à l’argile molle. Alain m’explique qu’il faut « entasser » le dur et le mou afin de former une tour d’argile.

Je me lance, retrousse mes manches et mets les mains…non dans le cambouis mais dans l’argile !

Une fois la tour créée, je la « renverse » et la roule pour pouvoir la malaxer. Avec la spatule, je râcle l’argile qui colle au bois du plan de travail.

Le mélange opère enfin et à force de malaxer –on ne dirait pas mais les muscles des bras, du dos et des abdos travaillent !– l’argile devient une pâte complètement molle et facile à pétrir.

C’est froid, c’est doux. J’ai un souvenir d’enfance qui me revient… On dirait de la pâte à modeler.

 

Second défi d’Alain : réaliser un bol.

Petit à petit, ça commence à ressembler à quelque chose…

Bol en Poterie

Bol en Poterie

Alain s’exécute aussi, je le regarde, sa dextérité et son doigté de maître m’impressionnent. A le voir faire, tout paraît facile…

Bol en Poterie

Après avoir terminé –d’une façon plus ou moins réussie– mon récipient, il faut le mettre à sécher au soleil pour que l’argile durcisse, avant de passer à l’épreuve de la cuisson au four…

Le temps passe très vite et le cours se finit déjà, mais avant de partir, Alain tient à me faire une démonstration du tournage.

Tournage

L’argile est posée au centre du cercle et en quelques secondes la poterie prend vie. C’est très technique mais captivant.

Tournage de poterie

Le tournage s’achève et il est temps pour moi d’y aller.

Je repars ravie. Même si l’on n’a aucune expérience ni aucune connaissance du monde de la poterie –ce qui est mon cas-, Alain prend le temps d’expliquer et il sait mettre à l’aise.

En plus des cours hebdomadaires, Alain propose des stages de deux ou trois jours…de quoi susciter bien des envies voire…des vocations.

 

 

Contact :

https://www.poteriedepierroux.com/

Poterie de Pierroux, D199

1010 Route des Gaillanes

84220 ROUSSILLON –   FRANCE

 

Alain Briffa 04 90 05 68 17 / 06 42 02 73 97

atelier.pierroux@gmail.com

Marie-Charlotte

Ecrit par

Arrivée en Vaucluse il y a tout juste deux ans, je savoure chaque moment passé dans ce fabuleux département ! Riche de par son patrimoine, ses paysages fantastiques, sa gastronomie et ses savoir-faire, il est impossible de s’ennuyer ! C’est donc avec plaisir que je vous fais partager mes agréables expériences !

Commentaires

  1. Valérie BISET
    Ecrit par valerie le 19 octobre 2017, 07:59 [Réponse]

    Merci Marie Charlotte ! ça donne envie !

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *