La violence du monde s’expose tout l’été à la Collection Lambert

Autant vous le dire tout de suite, je suis loin d’être une experte en art contemporain. Et si avec les évènements tragiques qui nous secouent aujourd’hui, j’aspire parfois à plus de légèreté, parcourir la Collection Lambert d’Avignon est une expérience marquante, surtout avec un thème aussi fort et dérangeant que la noirceur de l’homme…

Dans ses vastes espaces où la Collection Lambert a pris ses quartiers, cinq expositions, en phase avec le Festival d’Avignon, sont présentées tout l’été avec pour fil rouge la violence du monde.

Surprenant …

La question – Adel Abdessemed

A priori l’Art contemporain et le Football ne résonnent pas en harmonie et pourtant … A peine franchi le seuil de la cour , c’est ambiance « Foot Artistique » avec Zidane et Materazzi qui s’invitent au musée. On se souvient tous du fameux « coup de boule » de la finale de la Coupe du Monde de 2006. Le revoilà, matérialisé en une sculpture de bronze de 3,5 tonnes, figurant le couple ennemi, noire, monumentale, œuvre de l’artiste plasticien Adel Abdessemed. Une mise en scène de la violence,  l’un des grands thèmes de ce plasticien. Finalement, une faute de légende devenue œuvre d’art.

IF

Au fil des salles, le musée présente aussi une sélection d’œuvres majeures de l’artiste, comme ses sculptures de barbelés évoquant le drame des réfugiés en Méditerranée, ou l’enfant du ghetto de Varsovie et la fillette vietnamienne brûlée par le napalm, deux œuvres évoquant des moments de vie très violents, de l’ordre de la souffrance et un matériau qui l’est tout autant.

IF

DSC03606w

 

Dérangeant …

Prix Carmignac – Christophe Gin

Ici ce sont des photographies en noir et blanc, très singulières, quasi picturales. On est en France, en Guyane. Le photographe Christophe Gin s’est vu remettre un prestigieux prix pour son travail sur les zones de non-droit françaises, plus particulièrement dans ce territoire d’outremer. J’apprends que dans ce département français dont on parle peu et qui, avec  sa verdure luxuriante semble si éloigné de l’hexagone, les violences physiques et la délinquance organisée seraient plus importantes que partout ailleurs en France. « Ces photos montrent une société multiculturelle aussi diverse que fragmentée et déséquilibrée, confrontée à la pauvreté et à la violence, régie par des codes et des lois propres ».

IF

Indigne …

« Torture » – Andres Serrano

Pour sa 3e exposition à la Collection Lambert, Andres Serrano explore lui aussi la violence avec « Torture », une série de 51 photos où l’homme est au cœur de la barbarie et qui vous font froid dans le dos. De grandes photographies esthétiques pour des sujets terribles. Guerres de religion d’hier et d’aujourd’hui, Inquisition du Moyen Âge, bureaux d’interrogatoire de la Stasi, camps de la mort de Buchenwald, prison d’Abou Ghraib… Chaque jour dans le monde, la déclaration des Droits de l’Homme est bafouée. Imaginez!  141 pays pratiquent encore la torture de nos jours.

Trente trois gravures de Goya, sur le même thème, font écho aux photographies de Serrano. La violence et l’horreur y sont identiques, avec deux siècles d’écart. Rien n’a évolué dans l’humanité.

IF

IF

IF

IF

Explosif…

Chronique d’un assassinat annoncé – Amos Gitaï

L’assassinat, le 4 novembre 1995, du premier ministre Israélien Yitzhak Rabin, artisan de la paix, est un évènement qui a tourné une page de l’histoire moderne Israélienne.  Dans la grande galerie de l’Hôtel de Caumont plongée dans l’obscurité, Amos Gitaï, l’un des réalisateurs Israéliens les plus connus, propose un dispositif né de son dernier film : Rabin. On est immergé dans des vidéos, dans des documents d’archives avec le rappel des lettres de ses parents fuyant Hitler, tandis que résonne la voix rauque de Jeanne Moreau.  « Les ténèbres règnent, les corbeaux croassent, l’homme est mauvais. Il est le reflet de l’époque dans laquelle nous vivons » écrira Efratia Margalit, la mère d’Amos Gataï.

IF

Apaisant…

Au cœur – Territoires de l’enfance

L’exposition est plus légère. « Au cœur » donne la parole aux enfants, avec des œuvres poétiques, parfois interactives. A partir de la création du chorégraphe Thierry Thieû Niang, elle met en scène des enfants âgés de 8 à 18 ans, au travers de photographies comme les 96 portraits de sa nièce que Roni Horn saisit dans son quotidien. On est loin du portrait traditionnel. Un travail sur ces petites secondes qui changent tout.

IF

Avec « Bonbons » de Felix Gonzalès Torrès, l’œuvre d’art perd de sa sacralisation : on peut prendre et modifier ce que l’artiste a crée. Chaque jour, l’œuvre vit. Regardez, sur le tapis de bonbons dorés, le papier en forme de papillon en haut sur la gauche : c’est ma contribution à cette œuvre originale !

IF

DSC03621w

Au travers des photographies de Nan Goldin, on va de la maternité jusqu’à l’adolescence. Ne dirait-on pas une Vierge à l’enfant, cette femme au regard doux avec sa serviette Spiderman sur la tête ?

IF

« Motion et Emotion » m’entraine dans une sarabande où tout rentre en mouvement au grès des ventilateurs qui animent sacs de plastique, tissus, figurines qui à leur tour projettent leur ombre sur les murs, une installation d’Annelle Messager…

IF

Alors que je m’interroge sur une couverture de survie allongée sur le sol, j’entends un  » je t’aime » comme un murmure. J’entre dans un cercle d’écrans posés sur des trépieds. Chacun à leur tour, 20 jeunes hommes me regardent dans les yeux et me font une déclaration… je vais de l’un à l’autre sans jamais savoir d’où va venir le prochain mot d’amour. Une installation vidéo de François Xavier Courrèges.

DSC03585w

Souvent des mots lumineux, parfois joyeux, parfois inquiétants, viennent rythmer le parcours d’exposition comme les paroles d’une chanson qui restent gravées.

IF

Ce parcours à travers cinq expositions s’avère parfois lourd et oppressant. C’est un regard sur le monde. Je ressors du lieu avec le besoin de respirer à pleins poumons et de me plonger dans l’ambiance du Festival, gaie, colorée et légère.

IF

Collection Lambert en Avignon
5 rue Violette
84 000 Avignon
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h.
Juillet/août : tous les jours de 11h à 19h.

www.collectionlambert.fr

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par Sheila Johnston le 24 août 2016, 13:00 [Réponse]

    Bonjour Valerie —

    J’ai visite ces expos il y a une quinzaine de jours et je les ai trouvees tout a fait exceptionelles.

    La sculpture en ivoire « My Lai » d’Adel Abdessemed et l’expo de Serrano au sous sol etaient tres emouvantes,

    Merci de votre commentaire sur un evenement loin d’etre attrape-touristes,

    Sheila

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *