Musée de la truffe à Richerenches: les secrets du diamant noir du Vaucluse

On l’appelle le Tuber Melanosporum, la rabasse en Provence ou encore le diamant noir. Ce fameux champignon fait du village médiéval de Richerenches la capitale européenne de la truffe noire.

Photo Borozée

Je traverse les villages du Vaucluse en direction du Nord et arrive dans l’Enclave des papes, à Richerenches, petit village de 700 habitants, qui était jadis l’une des commanderies des Templiers. Tout autour, c’est la Drôme. Au milieu de ses vignes et de ses oliviers, les chênes truffiers sont légion ici.

La trufficulture a donné son prestige à Richerences © Colombe Production

Richerenches m’offre aujourd’hui un tout autre visage, calme et paisible. Loin de l’effervescence qui animait les ruelles étroites et les allées de platanes lorsque j’y étais venue un samedi matin pour découvrir le célèbre marché de la truffe. Créé en 1923, il réunit tous les samedis matins, de la mi-novembre à fin mars, entre 300 et 400 producteurs de truffes et rassemble quelque 2000 visiteurs. Avec 15 à 30 tonnes de truffes commercialisées par an, c’est le plus grand marché d’Europe en terme de quantité écoulée.

Le beffroi (XVIe S.) est situé sur l’unique porte d’entrée de la commanderie des Templiers. Il supporte l’horloge et le campanile en fer forgé © Colombe Production

Je découvre, près de l’office de tourisme, un joli musée consacré à la rabasse. Je décide d’en savoir un peu plus sur ce champignon si savoureux qui parfume avec délicatesse plats salés et sucrés.

La truffe noire parfume aussi bien la viande que les desserts Photo Borozée

Je pousse donc les portes du musée de la truffe.

Une belle salle voûtée en pierres accueille les visiteurs. Quelques plants de chênes truffiers sont plantés aux côtés de ceps de vigne. Sur la pancarte figurent des indications passionnantes. J’apprécie qu’il y ait peu de lectures, juste l’essentiel… pour satisfaire ma curiosité, à défaut de mon palais. Je découvre que ces deux activités, trufficulture et viticulture, se complètent harmonieusement. Les vendanges faites, les raisins mis en cuve, c’est alors que commence la récolte des truffes à la mi-novembre.

© Colombe Production
Un plant de chêne truffier au musée
© Colombe Production

Ma visite au musée dure une petite heure. Bornes interactives, panneaux explicatifs, objets d’époque, vidéos, recettes de cuisine – à la truffe bien sûr – animées par le chef étoilé du Vaucluse Christian Etienne, font de ce lieu un écrin qui renferme les secrets de la truffe. Et avec un peu de chance, il paraît qu’on peut y rencontrer un trufficulteur passionné qui répond à toutes vos questions et vous fait partager ses connaissances et son amour de la truffe.

Les recettes à base de truffes dévoilées par de grands chefs © Colombe Production
La maison templière date du XIIeS.
© Colombe Production

Je quitte le musée et admire une dernière fois l’architecture médiévale. Adossé à la maison templière du XIIe siècle, cette belle bâtisse, qui abrite le musée, témoigne de l’attachement de la population de Richerenches à son patrimoine non seulement historique mais aussi gastronomique. Dès le Ban de la Truffe proclamé et sa célèbre messe dite, le village devient tout l’hiver le haut lieu du « diamant noir ». Un conseil : n’oubliez surtout pas de déguster le samedi matin la fameuse omelette à la truffe car initier son palais fait aussi partie de la visite de Richerenches.

Ce joli petit musée révèle tous les secrets de la truffe noire © Colombe Production

Entrée gratuite, visite libre. Horaires d’ouverture : se renseigner à l’office de tourisme 04 90 28 05 34. Fermé le dimanche.

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d'Avignon. Telle une colombe, j'aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur...’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *