Ménerbes entre art et authenticité

Au volant de ma voiture, je découvre au loin un village perché sur son éperon rocheux, tout en longueur, dominant garrigues et vignes du Luberon. La citadelle de Ménerbes et son château accueillent ses visiteurs par un panneau indiquant « Les Plus beaux villages de France »…

Je me gare près du lavoir superbement restauré et imagine les lavandières qui venaient battre leur linge au siècle dernier. Je suis mon instinct et décide de me perdre dans les ruelles qui dévoilent un riche patrimoine et de nombreuses galeries d’artistes dont celle du passionné et passionnant galeriste Pascal Lainé.

Le lavoir aux deux bassins, joliment restauré, se situe à l’entrée du village                                                     Photo Colombe Production

Des noms de peintres célèbres s’inscrivent dans l’histoire de ce village, riche de 1000 habitants. Sur une plaque en fonte apposée sur la façade d’une demeure imposante dominant la vallée du Calavon, est inscrit « Ici a vécu Dora Maar de 1944 à 1997 ».

La maison de la peintre et photographe Dora Maar, muse de Pablo Picasso, est une résidence d’artiste. Photo Colombe Prod.

Je puise dans mes vagues souvenirs, c’était bien elle… la femme qui pleure déformée sur la toile du célèbre peintre espagnol, la muse de Pablo Picasso dont il avait brisé le cœur…  C’est Picasso qui à leur rupture acheta à Dora Maar une maison à Ménerbes où elle se retira pour y vivre seule. Elle y rencontra Nicolas de Staël, autre peintre qui habitait le village. La maison Dora Maar est aujourd’hui une résidence pour artistes et ses beaux jardins se visitent… Un peu plus loin, en plein cœur du village dans une rue pittoresque, je découvre une maison enchantée, celle de la peintre américaine Jane Eakin qui y vécut pendant 40 ans jusqu’en 2002, entourée d’amis, de fleurs, de chats et de chiens. Fermée momentanément, je sais que je reviendrai pour la visiter…

                                                                                                                                                                                                      Photo Alain Hocquel

Les ruelles de Ménerbes, labellisé « Les Plus beaux villages de France »                                                           Photo Colombe Production

J’admire les ruelles qui montent et qui descendent et qui me font également remonter le temps. Je me laisse guider par le panneau qui indique la mairie et l’église. Les murs en pierre, rebâtis sur des fondations du moyen-âge, m’invitent tantôt à un voyage historique, tantôt à un détour culinaire. Au sommet de la ruelle qui serpente, se dresse soudain, majestueux, le campanile datant du 15e siècle.

                                                                                                                                                                                          Photo Colombe Production

Ses deux belvédères offrent une vue imprenable, d’un côté sur le grand Luberon, la vallée et les carrières de pierre, de l’autre sur le Luberon. Les drapeaux de la France malmenés par le mistral distillent leurs couleurs bleu banc rouge comme un clin d’œil à l’actualité. Pas de doute, je suis devant la mairie.

A deux pas de là, se dresse l’architecture gothique de la Maison de la Truffe et du vin sur laquelle veille depuis  2007 Pierre Martres. L’Hôtel d’Astier de Montfaucon, construit au 17e et au 18e siècle, appartient à la mairie de Ménerbes depuis 1751. Il fut hospice municipal pendant le 19ème siècle et école de garçons jusqu’en 1953. En 1955, le bâtiment a été inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et réhabilité en 2004.

La boutique de la Maison de la Truffe et du vin offre un panel des produits du Luberon                            Photo Colombe Production

Devenue aujourd’hui une véritable référence oenotouristique  de la région et une vitrine reconnue de la truffe de Provence, je flâne dans la boutique de la Maison de la Truffe et du vin. Cela me donne un large aperçu des richesses du Luberon: lavande, savons, huile d’olives, vins, truffes, panoramas cartes postales etc… Le chef m’invite à déguster dans le restaurant sa brouillade de truffes en toute simplicité face à un panorama à couper le souffle, et me rappelle avec fierté que le Vaucluse est le premier producteur de truffe noire en France !
Je poursuis ma balade et redescends jusqu’au lavoir récupérer mon véhicule. J’avais entendu parler de ce fameux Musée du tire-bouchon en bas du village, route de Robion, situé dans l’enceinte du Domaine de la citadelle.

Le Domaine de la Citadelle récompensé en janvier dernier d’une médaille d’or pour son vin Bio              Photo Colombe Production

Je ne pouvais quitter Ménerbes sans avoir réalisé ce curieux détour et visiter la collection de tire-bouchons de l’ancien député-maire de Ménerbes, Yves Rousset -Rouard, également connu pour avoir été le producteur des film cultes « Emmanuelle », « Les Bronzés », « le père Noël est une ordure » entre autres… C’est aussi lui qui a créé la Maison de la truffe et du vin. A l’entrée du Domaine de la citadelle, je découvre un pan de mur rempli des nombreux prix vinicoles reçus. Le dernier en date est celui de la médaille d’or du salon de vins Bio de Montpellier en janvier dernier…

Une collection insolite de 1200 tire-bouchons est à admirer au Domaine de la Citadelle                              Photo Colombe Production

Je me glisse au fond de la salle et découvre enfin ce musée insolite créé en 1993, comprenant à ce jour quelque 1200 pièces (du 17e S. à nos jours) en or, en acier forgé, en étain, en bois, en ivoire… certaines étant des exemplaires uniques. C’est en flânant chez Drouot qu’Yves-Rousset-Rouard est tombé sur un lot de 200 tire-bouchons. Le coup de cœur s’est concrétisé par le coup du commissaire-priseur ! Sa collection ne cesse depuis de s’enrichir de nouveaux trésors à admirer derrière les nombreuses vitrines du musée. Le détour en vaut vraiment la peine!

De la plaine, je jetais un dernier regard sur Ménerbes et son éperon rocheux., convaincue que l’un des sept plus beaux villages du Vaucluse mérite vraiment ce label !

Photo à la une Alain Hocquel

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d’Avignon.
Telle une colombe, j’aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur…’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *

Menu