L’Hôtel Agar propose une incroyable exposition « Cheveux chéris et adorés »

C’est au coeur d’un imposant hôtel particulier, situé en plein centre-ville de Cavaillon, que se trouve un véritable trésor. Une collection privée hétéroclite que la famille Morand/Valton offre à tous les amateurs d’art en les invitant dans sa demeure lors d’expositions à thème, comme en ce moment l’incroyable exposition « Cheveux chéris & adorés », en clin d’oeil à celle du Quai Branly qui eut lieu il y a trois ans à Paris.

L’Hôtel Agar est une demeure particulière classée aux Monuments historiques qui ‘élève sur trois étages et comprend une trentaine de pièces © Colombe Production

Une exposition en chasse une autre, mais il reste toujours quelques pièces de la précédente à l’Hôtel Agar. Depuis l’an 2000, année de la première ouverture furtive de leur demeure aux particuliers, le couple Véronique Valton et Christian Morand et leur fils Guilhem apportent un regard éclairé à tout visiteur. Mais c’est depuis 2017, qu’ils ont réellement ouvert leur Maison, achetée en 1996, à l’occasion de deux à trois expositions à thème chaque année.

Depuis, l’Hôtel Agar, classé aux Monuments historiques, ressemble à un véritable cabinet de curiosités qui s’étire sur près de 1800 mètres carrés. Plus les années passent, plus les pièces se remplissent et il y en a une trentaine dispersées sur trois étages!
Je rencontre la famille Morand/Valton et je découvre que ces collectionneurs avertis ont été atteints par le virus de la collectiomania. Je m’y étais en effet rendue il y a quelques années pour admirer le trésor de pièces romaines qu’ils avaient trouvées en 2010 dans leur jardin, et je découvre qu’aucun antidote n’a depuis été trouvé pour ce couple exerçant tous deux dans le milieu médical. Le virus s’est même propagé à leur fils Guilhem ! Et je crois que je viens aussi de le contracter !

Je reparle avec Guilhem des 304 deniers romains en argent des 1er et 2e siècles après Jésus-Christ trouvés dans leur jardin, autrefois jardin de l’évêché, lors des premières fouilles archéologiques, et exposés au public au 2e étage de la demeure.
Guihlem m’explique que la famille Agar s’était installée à Cavaillon au 12e siècle, de retour de croisade, et cela jusqu’au 17e siècle.

Véronique Valton, Christian Morand et leur fils Guilhem ont tous les trois attrapé le virus de l’art © Colombe production

Je reviens visiter l’Hôtel Agar avec le plus grand plaisir pour y découvrir une exposition baptisée « Cheveux chéris & adorés » sans savoir à quoi m’attendre. C’est plus la curiosité qui m’y a conduit que la passion des cheveux et des coiffes. Mais là, j’avoue que j’ai été époustouflée par ce que Guilhem, fils de… et guide passionné et passionnant me fit découvrir.

L’hôtel Agar,  classé Monument historique, présente une nouvelle exposition du 11 décembre au 2 février 2019 © Colombe Production

Au rez-de-chaussée, des tableaux et des publications sont présentées pour faire comprendre à quel point les perruques, ou coiffes, sont très prisées au 18e siècle. Je revois un dessin en noir et blanc et reconnais immédiatement Marie-Antoinette avec sa coiffe démesurée en hauteur. Je découvre également ces anglaises sous verre. Ce sont de vrais cheveux en boucle que les jeunes filles offraient à leur famille avant d’entrer au couvent. Je ne connaissais pas cette pratique mais un drôle de sentiment m’envahit.

Les coiffes des demoiselles étaient offertes à leur famille avant leur entrée au couvent © Colombe Production

Sur la table, sous ce même tableau, des coiffes africaines et asiatiques étaient posées. Je suis attirée par celle des Massaïs que j’avais déjà vues sur les photographies de Hans Sylvester, célèbre photographe allemand qui vit dans le Luberon. Je découvre ensuite une coiffe japonaise très curieuse. Elle a été conçue avec une corne autour de laquelle les Japonaises enroulaient leurs cheveux au fur et à mesure qu’ils poussaient. J’écoutais Guilhem avant une attention extrême.

© Colombe Production

Mon regard se posa alors sur une coiffe de Samouraï tressée avec une telle minutie que je me suis arrêtée cinq bonnes minutes pour l’admirer. C’était de l’art fait avec des cheveux ! C’était beau, tout simplement…

La coiffe de Samouraï m’a laissé perplexe devant la finesse du tressage des cheveux © Colombe Production

Je suivais mon guide lorsque je reconnus un personnage familier, lyonnais, cher à mon enfance… Quelle ne fut ma surprise de reconnaître Guignol et son bâton. Guignol avait de vrais cheveux sur le crâne ! Il était accompagné de la marionnette de Sacha Guitry qui aurait donné ses vrais cheveux lors de sa conception.

Guignol et son bâton font partie de l’exposition.Guignol a de vrais cheveux d’ailleurs © Colombe Production

Au second étage de l’Hôtel Agar, par un somptueux escalier de pierre usée, bâti en colimaçon, se trouvent toute une armée de 250 santons et 100 Napolitains. Des petits, des moyens, des grands. En bois, en terre cuite et en cire, tous avaient pour point commun de posséder de vrais cheveux. Vous raconter l’histoire des santons et leur arrivée en Provence, ce serait bien trop long et je ne saurais d’ailleurs pas les rendre aussi vivants que sait le faire Guilhem auquel je laisse le soin de vous le raconter…

250 santons de crèches et 100 Napoliatins sont présentés au 2e étage de l’Hôtel Agar © Colombe Production

La visite se poursuit, déjà une heure et demie. Je termine par l’exposition au 3e étage de Christine Ferrer, artiste installée elle aussi dans le Luberon à Goult et dont le travail porte beaucoup sur la mère, l’enfance, le corps. Sa longue tresse coupée est exposée sur un mannequin, épinglée scrupuleusement. Depuis son exposition « Que peut le corps ? » en 2009, les cheveux de l’artiste ont bien repoussé, de quoi faire une 2e tresse qui arriverait à point pour cette merveilleuse exposition de l’Hôtel Agar « Cheveux chéris & adorés », un réel coup de coeur pour moi !

Christine Ferrer avait coupé sa tresse il y a quelques années en arrière. elle expose au 3e étage de l’Hôtel Agar © Colombe Production

Exposition à découvrir du 11 décembre au 2 février 2019 tous les jours du mardi au samedi à  15h en visite guidée. Réservations au 0624172013. Site www.hotel-agar.com

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d'Avignon. Telle une colombe, j'aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur...’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *