Avec 13 desserts à Noël, les gourmands sont à la fête

En Provence, il est une tradition qui perdure, celle des 13 desserts de Noël que l’on sert, en principe, au retour de la messe de minuit. Ce chiffre me semble énorme, surtout après un dîner de réveillon généralement riche et copieux. Mais ce n’était pas le cas autrefois, puisqu’on les dégustaient après le « gros souper » qui portait mal son nom, puisque c’était un repas maigre !

Provençale d’adoption et incorrigible gourmande, c’est malgré tout bien volontiers que j’envisage de me plier à ce rite d’origine religieuse. 13, comme les convives de la Cène. Mais de quels desserts de fête s’agit-il ? Bûche au chocolat, macarons aux amandes, cake au miel ? Dressons l’inventaire.

Cette tradition bien sympathique semble ancienne pour ce qui est des desserts mais assez jeune en ce qui concerne le chiffre treize. La première mention date de 1925. Venaient alors en tête les fruits secs ou quatre mendiants (qui rappellent la couleur de la robe des ordres mendiants) : les figues sèches pour les Franciscains, les raisins secs pour les Dominicains, les amandes pour les Carmes et les noix pour les Augustins.

Suivaient les noisettes, les pistaches et les dattes. Puis le raisin muscat, les pommes, les poires, les oranges et « le dernier melon un peu ridé » conservés au cellier.

La liste s’allonge avec les confitures, l’eau de coing, les châtaignes au vin cuit, la pompe à l’huile d’olive, la fougasse, les oreillettes, les nougats blanc et noir… On est déjà à 20 !

Au début des années 1930, c’est Frédéric Mistral qui tranche : « Dans le Comtat Venaissin, le peuple veut qu’il y en ait treize, et sûrement dans d’autres endroits aussi. Va pour treize ! ». La tradition comtadine a prévalu.

Aujourd’hui, l’essentiel est toujours qu’il y en ait 13, mais chacun y met ce qu’il veut avec toutefois les immuables mendiants, la fougasse ou pompe à l’huile, le nougat blanc et le nougat noir, les pommes, les poires, le raisin frais et les dattes.

En ce soir de Noël, sur notre table, le compte est bon mais de brillants fruits confits, des bugnes légères et craquantes, une pâte de coing délicieusement parfumée et une panade (tarte aux pommes) se sont joints à la fête, et cela me va très bien !

 

Regardez en vidéo les 13 desserts provençaux du Restaurant Gajuléa au Barroux

 Texte et Photos Valérie Biset

 

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par Shirly le 25 décembre 2013, 02:24 [Réponse]

    Nice blog here! And May joy and happiness snow on you, may the bells jingle for you and may Santa be extra good to you! Merry Christmas!!

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *