Le Safran royal du plateau d’Albion, un or rouge 100 % provencal !

C’est sur les hauteurs du plateau d’Albion, au pied du Mont Ventoux et loin de toute agitation, que se cultive, à 1075 mètres d’altitude sur un terrain très caillouteux et exposé au vent, une épice très prisée des amateurs de cuisine. Ce que l’on sait moins d’elle c’est qu’elle possède des vertus thérapeutiques indéniables …

C’est à 1heure d’Avignon et bien au dessus de la ville d’Apt que je retrouve Raphael Chaveneau et son associé Fergal dans le village de St Christol d’Albion pour découvrir leur exploitation de safran , une épice issue du crocus sativus linnaeus.

Leur métier : « Safranier des temps modernes et des montagnes « . Et c’est avec passion que Raphael Chaveneau va me raconter son aventure qui débute loin d’ici , dans les montagnes de l’Afghanistan où il découvre cet « or rouge » objet  de toutes les convoitises et de toutes les audaces. Parce que de l’audace il va lui en falloir pour cultiver ce terrain caillouteux  en proie à l’altitude,  aux vents et aux prédateurs (biches, sangliers et rongeurs grands amateurs de bulbes ) qui vont mettre à mal la safranière mais qui n’entameront pas le courage de Raphael et son acolyte Fergal …

C’est en 2006 qu’ils vont faire les premiers essais puis en 2010 qu’ils vont planter sans cesse et laisser les bulbes se démultiplier jusqu’ à obtenir entre 400 et 600 m2 de terrains exploités. Leur spécificité ? Un safran 100 % naturel et de très haute qualité car on le sait, connu depuis la plus haute Antiquité , le safran est l’une des épices la plus chère mais également la plus falsifiée au monde. Sa valeur s’explique très simplement par le fait  que pour produire 1kg de safran sec il faudra émonder 150 000 à 200 000 fleurs  !

La cueillette se fait très tôt à l’aube dés la floraison. On va ensuite se courber sur un terrain en pente, ramasser avec beaucoup de précaution puis couper au ciseau chaque pistil (qui contient 3 stigmates), les sécher dans un four dédié puis les conditionner une fois secs. Le tout se fait dans un temps très court, de l’ordre de deux heures, et sans contaminants pour garantir non seulement la saveur du safran mais également ses propriétés médicinales. Car en effet , le safran est utilisé depuis des millénaires par de nombreuses populations qui lui accordaient des propriétés quasi magiques (les romains et les égyptiens en étaient fous) et entrait dans la composition de nombreux élixirs. Le safran soignerait entre autre l’hypertension, les maladies cardiaques, les poussées dentaires douloureuses, la toux…  Et puis c’est sans oublier ses propriétés tinctoriales qui donnent aux tissus un jaune plus ou moins profond !

Mais la magie du safran, c’est son arôme chaleureux « proche du foin  » qu’il confère à tous les plats et qu’il réchauffe également de sa couleur orangée. On l’utilise dans de nombreux plats tels que la très connue Paella  en Espagne ou notre Aïoli provencal mais aussi dans les viandes d’agneau, les riz ou les desserts qu’il parfume subtilement.

Essayez aussi une tisane au safran, un soir d’hiver, et vous m’en direz des nouvelles !

Le Safran Royal propose en ligne toute une gamme de produits exceptionnels  tels qu’un miel au safran , des confitures ou une moutarde et des pots vendus par 0.5 g ou par gramme. La qualité est exceptionnelle.

Et sur ces plateaux arides et souvent difficiles, on se prend à rêver à d’autres rêves comme des champs de roses de Damas ….mais ça c’est une autre histoire que nous contera peut être Raphael Chaveneau prochainement ….

 

Safran Royal

Place de la Poste 84390 Saint Christol d’Albion

Tél: 04 32 52 07 21 ou 06 48 27 82 78

safranroyal@orange.fr

http://www.safranroyal.com/

 

et pour découvrir le safran sous toutes ses formes : La Fête du safran se tient à Christol d’Albion en Octobre chaque année

 

Texte  Nathalie Ruffat-Westling

Photos A.Hocquel et N.Ruffat-Westling

Ecrit par

Commentaires

  1. Ecrit par Bleu pavot le 26 octobre 2013, 08:37 [Réponse]

    Bonjour,

    j’ai découvert qu’il existait une safranière proche de chez moi, dans la Drôme. J’ai fait un petit billet sans prétention sur cette safranière.
    J’ai passé un beau moment et surtout découvert un safran, qui avait enfin du goût.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *