Le potager d’un curieux : archéologie potagère

Derrière le village de Saignon, à quelques encablures d’Apt, Jean Luc Danneyrolles cultive son jardin, à l’instar du Candide de Voltaire. Véritable oeuvre d’exploration du vivant, ce curieux potager d’un curieux de nature est une étape à ne pas manquer pour les apprentis botanistes, jardiniers amoureux ou philosophes au jardin.

« Je me situe dans la queue de la comète de 68 », aime a plaisanter Jean-Luc Danneyrolles en guise de présentation. Installé dans la verte campagne du Luberon depuis 27 ans, le personnage s’inscrit dans une lignée de paysans philosophes, avec une pratique ultra-cultivée du jardin. Mélange d’ingénieur agronome, de chaman et de poète, c’est un cousin pas très éloigné de Pierre Rahbi, ou de Gilles Clément. Son impressionnante collection de semences*, qui compte quelques milliers de références, est le témoin d’une passion qu’il arrive à nous communiquer le temps d’une visite.

 

Je le suis dans un premier carré de vivaces, entouré d’allées de buis, où les espèces semblent prospérer dans un apparent désordre. « oh, j’interviens très peu, je les laisse faire, par philosophie et un peu par paresse », sourie-t-il. C’est une partie de la définition de sa biodiversité cultivée : l’homme introduit des espèces dans un écosystème qui s’en accommode ou les rejette, mais que l’on ne cherche pas à contrôler à tout prix. En ce moment il a deux grandes préoccupations : les laitues et les rainettes vertes. Les premières sont alignées dans un champ voisin, damier coloré dans la lumière matinale déjà forte de ce matin de juin en Provence. J’en compte une quinzaine de variétés (pour la seule dénomination laitue). Les belles feuilles fraîches accrochent immédiatement l’œil, préfiguration d’une symphonie colorée dans l’assiette, l’occasion de parler gastronomie et des grands chefs de la région qui viennent chercher aide et conseil auprès du maître légumier.

 

Les rainettes logent dans la serre de culture, « la nurserie des plants » où l’on rejoint Dominique, une stagiaire de Jean Luc. Les sympathiques grenouilles ont trouvé dans cet environnement humide et chaud l’habitat parfait, au grand plaisir de leur hôte. Sur les tables devant moi, s’alignent des centaines de jeunes plants, pleins de sève et de couleurs. Les labels sont à eux seuls des œuvres poétiques, et l’on a hâte de goûter à la tomate caramel, zébrée verte, principe Borghese ou Banana legs. Ici et là, une citation, inscrite à la craie sur une ardoise, émaille ce paysage de laboratoire du vivant. « Un jardin est un désert positif », nous rappelle Cioran.

 

Retour à la boutique de semences. Sous l’auvent, Jean-Luc a regroupé des objets exhumés lors de son travail de la terre : des traces du néolithique et les vestiges d’une villa romaine. Le botaniste Linné professait qu’une chose que l’on ne nomme pas est condamnée à disparaître. Gageons que les dizaines de plantes ramenées à la vie et dans l’histoire potagère chaque année par Jean Luc Danneyrolles, amoureusement étiquetées, ne disparaîtront pas tout de suite. En plein débat sur la propriété des semences, il est rassurant de savoir que depuis un petit village du Luberon, un passionné conserve et essaime, dans de petites pochettes en papier, toute la beauté et la diversité du monde.

 

Jean Luc Danneyrolles
Le Potager d’un curieux
La Molière
84400 Saignon
tél. : 04.90.74.44.68 – 04.90.74.56.07
lepotager@wanadoo.fr

* vous pouvez acheter par correspondance des semences sur www.lepotagerduncurieux.pagesperso-orange.fr/

 

Texte et photographies Pierre Marilly

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *