Melonniers de Cavaillon

L’arrivée du melon sur les étals de nos marchés ouvre les festivités estivales. Ce fruit à la chair fraîche, fondante et sucrée est le Graal d’une chaude journée. Car il est le roi soleil, ventru et délicieux, de nos soirées d’été, accompagnant dans nos palais tout ce qui peut se marier à son goût. Cavaillon est son domaine en Provence ; ici, on le cultive, on le vénère, et on le mange de toutes les façons possibles.

Melon de plein champ, prêt à cueillir

 

Une melonnière s’étend devant moi dans la plaine de Cavaillon. Le melon est une courge, disons-le en préambule ; s’il en existe plusieurs centaines, on n’en cultive ici qu’une demi-douzaine de variétés, sélectionnées au fil du temps pour leurs qualités gustatives et leur résistance. Jean Pierre Allègre, tout en m’expliquant le métier, garde un œil sur les rangées, s’accroupit, soulève la jupe végétale sous laquelle dorment les petits melons, en soupèse un que les « écritures » ou « broderies » ont totalement recouvert. « Celui-ci, il est parfait ». Un beau rapport poids – volume, une couleur entre le vert et le jaune, et un pédoncule qui commence à se détacher. Ce sont les signes auxquels on peut se fier pour choisir un beau melon. « Avant, on pouvait aussi le sentir au parfum, mais les melons modernes, la génétique fait qu’ils ne sentent plus rien … ». Aussi étrange que cela soit, ce melon dit « charentais » est une invention vauclusienne. D’où les confusions fréquentes sur nos marchés : « c’est du melon charentais, monsieur » … « il vient des Charentes Maritimes alors ? » … « non monsieur, c’est du melon de Cavaillon » (scène vécue, dont je ne comprends le sens qu’aujourd’hui).

Jean Pierre Allegre

Le ramassage des parcelles, plantées avec quelques jours d’écart pour assurer une récolte de début juin à fin août, se fait en quelques passages d’équipes de travailleurs courageux. Avec 20 tonnes à l’hectare en moyenne, le rendement cavaillonnais est excellent, mais non intensif, ce qui est une condition de grande qualité.

7 - Le melon de Cavaillon - Mme Bouin et Mr Agrinier

Dans une autre exploitation, Jean Pierre Grand me reçoit couteau à la main pour une dégustation. La chair est orange, ferme, son sucre exprime un parfum végétal, floral, son eau étanche la soif en une bouchée. Il confie sa production à AZ Méditerranée, la plus vaste entreprise d’expédition pour les fruits et légumes de Cavaillon. 5000 tonnes de melons (sur les quelque 100 000 tonnes produites dans la région chaque année) transitent chaque saison par cet outil logistique indispensable, et encore ici, le contrôle qualité est hyper rigoureux. Je parcours cette impressionnante machinerie parfaitement huilée, dans laquelle des tapis rapides et des mains précautionneuses emmènent les fruits vers leurs destinations lointaines.

 

Jean Jacques Prévôt en plein atelier sur le melon, musée Epicurium

Moins lointaines sont les tables du restaurant de Jean Jacques Prévôt, installé à Cavaillon depuis plus de trente ans, et véritable apôtre du melon ! Je retrouve le sympathique chef, immanquablement coiffé du chapeau qui fait sa signature visuelle, quelques jours plus tard au musée Épicurium, lors d’un atelier-cours autour … du melon évidemment, et de ses alliances avec les vins de la Vallée du Rhône. Encadrés par le chef et la sommelière Géraldine Clément, une dizaine de participants s’activent en cuisine, et sont surpris comme moi de l’extraordinaire palette que propose le produit. JJ Prévôt égrène conseils, astuces, qualités insoupçonnées : « dans le melon, tout est bon ! » Oui, tout est bon, depuis ce nem au cœur duquel repose un tendre filet de saumon, réhaussé d’une vinaigrette aux pépins de melon, jusqu’à ce dessert fondant, confectionné sur une base de mascarpone, agrémentée de morceaux de chairs oranges légèrement caramélisées, en passant par le grand classique de la Maison Prévôt : une fondue de billes de melon et nage de gambas, épicée et confite.

Nem Saumon et Melon, à la vinaigrette aux pépins de Melon

Oui, enfin, l’été est bien là, dans notre assiette, accompagné de quelques vins fins du Rhône, sous la forme arrondie d’un melon charentais … de Cavaillon !

 

Retrouvez le melon lors des nombreuses manifestations qui y sont dédiées cet été dans le Vaucluse :
Fête du melon à Cavaillon l à Caderousse, et  à Pernes-Les-Fontaines.

 

 

Texte et Photographies : Pierre Marilly

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Commentaires

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *