Si les chèvres du Mas Alègre m’étaient contées

C’est une enclave de 12 hectares perdue entre les vignes bordant le village de Goult et les terres d’ ocre de Rousillon.

Ici, entre monts et plaines, quelques 50 chèvres pâturent pour notre plus grand plaisir et c’est dans ce cadre de rêve que l’on crée depuis plus de 30 ans des fromages aux saveurs de foin, de noisettes et de fleurs des champs…

Les vrais amateurs ne s’y trompent pas et ça fait un quart de siècle que ça dure ! Tous les dimanches, on se presse sur le  Marché de Coustellet pour acheter ces merveilles de « chèvres du Mas Alègre ».
.
Lorsque j’ai aperçu pour la première fois la foule amassée autour du stand d’Alegria de Just  et de sa fille Patricia, je me suis demandé ce qui pouvait bien motiver ces clients, parisiens, bobos, étrangers en goguette dans le Luberon et locaux réunis …!
.
Arrivée mon tour, je n’ai pu que constater que l’étal s’était vidé en un quart d’heure … On m’a alors gentiment conseillé de revenir le dimanche suivant beaucoup plus tôt.
Depuis, je suis une cliente fidèle et passionnée et pour cause !
C’est en 1969 qu’Alegria de Just achète cette propriété en ruine. Patiemment, elle va  restaurer ce Mas pierre par pierre le week end ou durant les vacances, et ce alors qu’elle mène en même temps sa vie de chef d’entreprise à Paris la semaine, entourée de ses deux enfants.
Des gardiens vivent sur place et entretiennent un premier troupeau de 4 chèvres.
.
Nous sommes en 1972 : la vie d’Alegria et de sa fille Patricia va changer subitement. Elles décident de s’installer dans le Luberon à plein temps et de faire de cette maison un havre familial.
.
Pour réaliser leurs premiers fromages, elles s’inspirent du travail de stagiaires tout droit sortis d’une école agricole. Ils vont ainsi les former  au métier de chevrier-fromager ; le temps et l’expérience feront le reste, car peu à peu, elles affinent leur art.
 Entre champs de fleurs printanières, orge ou foin, ce troupeau de chèvres dites « alpines chamoisées  » pâture tranquillement, accompagné d’un berger attentif.
Les chèvres sortent deux fois par jour été comme hiver, seules la pluie ou la neige les dissuadent de mettre le museau dehors . On affine alors leur alimentation en l’enrichissant d’orge et de foin de luzerne.
Les fromages  se distinguent de ce fait par leurs saveurs plus ou moins corsées. Entre « Dominicains », « Bûches cendrées », « Pavés à la purée d’olives » ou « Bouchons au poivre rose ou aux herbes », vous n’avez que l’embarras du choix !
.
Ce ne sont pas les chefs étoilés (ou pas) du coin qui vous diront le contraire, puisque l’on retrouve ces merveilles sur les tables les plus prestigieuses de la région (Restaurant Prévôt, la Bastide de Capelongue etc…) ainsi que quelques tables gourmandes tel que le Café Fleur à l’Isle/Sorgue par exemple.
Et si vous aimez les univers rustiques avec les couchers de soleil qui se meurent sur le Luberon tout en sirotant un petit Rosé du coin, le Mas Alègre vous accueille dans son gîte été comme hiver.
Les visites de la chèvrerie se font sur réservation !
.
.
Mas Alègre
Chemin des Lièvres
 84220 GOULT –
Tél : 04 90 72 24 20
Marchés Jeudi matin à Goult et Dimanche au Marché de Coustellet
Vente sur place
Pour tout renseignement sur le gîte et les visites de la chèvrerie : Patricia : 06 66 70 75 15

Ecrit par

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *