Basilic passion

En Provence, le basilic est un aromate familier de nos potagers, ou à défaut de nos balcons de citadins. Car dès que vient l’été, notre cuisine ne peut plus s’en passer, et c’est un bonheur de se pencher chaque jour sur ses plants généreux pour en cueillir une feuille tendre. D’une fraîcheur incomparable, elle accompagne les plus beaux légumes, tomates, aubergines, et parfume le trésor de gastronomie locale qu’est la soupe au Pistou. Près d’Apt dans la campagne du Luberon, La Ferme aux Basilics lui est entièrement dédiée. En pleine saison, vous pouvez y compter jusqu’à 30 variétés, toutes plus odorantes les unes que les autres ! J’y ai rencontré Catherine Pisani, cultivatrice collectionneuse, qui par l’entremise d’une assiette fumante de Soupe au Pistou m’a transmis sa passion de la plante magique.

 

C’est une ferme en effervescence que je trouve en arrivant ce soir de juillet ; trois fois dans l’été, Catherine et ses ami(e)s organisent une soirée Pistou ; une centaine de convives est attendue, et l’énorme marmite fumante ne sera pas de trop pour nourrir ce beau monde. Elle  m’emmène cueillir quelques feuilles dans la petite parcelle attenante à la maison, véritable conservatoire du basilic. Une diversité impressionnante s’étale à mes pieds dans la terre rouge, fraîche et drainée qui convient idéalement à cette culture ; Latino, Marseillais, Citron, Cannelle, Thaïlandais, Sacré ou Tulsi, les basilics m’offrent leur spectacle coloré et leur bouquet délicat. En huile essentielle, sa fraîcheur est explosive. En bouche, elle bannit la mauvaise haleine en un clin d’œil. Du reste, ce sont d’abord ses propriétés médicinales qui intriguèrent Catherine lorsque, 15 ans plus tôt, elle tomba en basilic comme on tombe en amour. La principale à ses yeux ? « C’est un antidépresseur reconnu, comme le chocolat ! ». On se délecte à l’évocation d’un cocktail chocolat-basilic en ganache, ou d’une feuille de ce Géant de Gênes, variété énorme, confite dans un chocolat noir, qui chasseraient les idées noires et retendraient les zygomatiques.

 

Dans son délicieux « Petit traité savant du basilic », paru chez Équinoxe, elle a compilé son savoir et quelques recettes savoureuses, comme cette soupe de légumes d’été au Pistou qu’elle va servir ce soir à ses amis et invités. Certains sont venus de loin ; c’est le cas d’André et Luciano, voyageurs brésiliens.Venus avec leurs épouses et enfants, ils s’émerveillent de cette ambiance authentiquement provençale : dans une ambiance simple et chaleureuse, on se penche avec délice sur les assiettes saupoudrées de fromage râpé ou de parmesan. Personne ici ne serait tenté de « semer le basilic » ou comme l’on doit traduire cette vieille expression, semer la discorde ; une croyance ancestrale veut en effet que le basilic pousse mieux si on l’insulte en la cultivant ! La pauvre, elle qui est si généreuse avec nous autres provençaux !

 

Journées portes ouvertes & soupes au pistou 2014

Samedi 19 juillet – Samedi 9 Août – Samedi 23 Août

pour découvrir la collection de basilics 2014  . De 10h à 18 h (sans réservations)

 

Ces journées sont clôturées par la Soupe au Pistou traditionnelle

A partir de 20h30 repas tout basilic

apéritif au basilic offert – crudités sauce pistou – soupe au pistou à volonté – fromages & gelée de basilic – sorbet basilic Tarif adultes 21 € – enfants (moins de 12 ans) 10 €

Sur réservation uniquement 06.71.04.22.38

 

La ferme aux basilics

La Décane, Quartier Pont Julien

84220 Roussillon

catherinepisani@hotmail.fr
06 71 04 22 38

 

Texte et photographies : Pierre Marilly pour ADT 

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *