La Table des Sorgues, le printemps en douceur

A Sorgues, entre Avignon et Châteauneuf du Pape, La Table des Sorgues est une adresse au charme discret installée au rez de chaussée d’une belle maison. Sandrine et Jean-Paul Lecroq y chouchoutent leurs hôtes en toute simplicité, avec une sélection de superbes produits et de bons vins, dans une cuisine raffinée. Petit tour en cuisine …


Des cerises lentement fondues, sur une cuisse de canette snackée.

Si la carte est gastronomique, l’ambiance y est familiale ! Dans la cuisine, Jean-Paul et Audrey se partagent la toque de chef et assurent aux fourneaux l’ensemble des plats qui en sortent. C’est énergique, donc, mais ils connaissent leur métier, le geste est sûr et le verbe tranquille. « Pour ne pas s’ennuyer », ils changent chaque semaine la carte du restaurant, qui tend à devenir presque un menu unique, à deux ou trois variantes, comme une proposition faite aux visiteurs, la plupart des clients réguliers venus des alentours ; vignerons de Châteauneuf-du-Pape, voyageurs de commerce, amateurs de bonne chère, des amis qui passent et repassent depuis l’ouverture de la table en 2013. Une cantine de vignerons ? C’est vrai qu’on se sent bien accueilli ici, et certains clients-amis n’hésitent pas à pousser la porte des cuisines pour venir saluer le chef.

Le boeuf Black Angus accompagné d’asperges et de morilles

C’est cet état d’esprit que recherchaient Sandrine et Jean-Paul lorsqu’ils se sont installés à Sorgues, après une quinzaine d’années passées en Lozère au château de la Caze. « Un beau lieu, mais une charge de travail éreintante ! Ici, nous avons trouvé notre équilibre », assure Sandrine en me présentant sa sélection de vins. Elle a entrepris de bien connaître les vins d’ici, et elle a visiblement une passion pour ce qui se fait de sympa et de frais. L’Abbé Dîne, domaine de la jeune Nathalie Reynaud, est son chouchou en ce moment, et elle n’hésite pas à recommander son blanc 100% Roussanne sur le beau filet de bar et ses petits légumes au safran qui sort des fourneaux de Jean-Paul, ou le cannelloni végétal de homard, dont on a remplacé la pâte par une feuille de pomme de terre.


Clairement, Jean-Paul connait ses classiques ; ses bouillons et fonds sont admirables, ses cuissons à la seconde, mais il n’en fait pas un plat pour autant, revendiquant une cuisine simple, efficace, de produits frais et sélectionnés. Tout comme son épouse, il a baroudé à droite et à gauche sur les terres du Vaucluse à la recherche des bons fournisseurs. Pour les légumes, il ne donne pas si facilement ses adresses -ce qu’on comprend-, aussi on se bornera à dire que l’île de l’Oiselay, à Sorgues, est une terre de maraîchage fantastique !

Le Black Angus aux morilles et asperges, sculptural morceau de bœuf, est un délice. Un pigeon en brioche accompagné d’une cuisse de canette snackée et hop, le tour est joué, le palais conquis. C’est goûtu et printanier, servi avec un sourire authentique, et ça précède un chariot de fromage bien achalandé. Je ne sais pas vous, mais quand je vois arriver le chariot de fromage, je me dis que je suis dans une bonne maison…

 

La Table des Sorgues

Rue du 19 Mars 1962

84700 Sorgues

www.latabledesorgues.fr/

04 90 39 11 02

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *