Et pourtant, elle coule

Ils ne se lassent pas d’observer ce robinet d’or vert. « C’est un produit magique, on est toujours ému de voir apparaître le premier filet », avoue Claudine. Et plus particulièrement en cette année difficile où la mouche de l’olivier a fait des ravages.

Ils ne se lassent pas d’observer ce robinet d’or vert. « C’est un produit magique, on est toujours ému de voir apparaître le premier filet », avoue Claudine. Et plus particulièrement en cette année difficile où la mouche de l’olivier a fait des ravages.  « Les volumes sont dérisoires, je pense que d’ici juillet on n’aura plus d’huile », souligne son cousin Yves.

Dans ce moulin de Mérindol, l’huile est produite artisanalement par la deuxième génération, au centre du village. A peine passée la porte, l’odeur m’enveloppe et je sens qu’elle adoucit ma gorge enflammée. Ce qui tombe bien: la machinerie italienne fait un boucan d’enfer, réduisant les conversations à l’essentiel. « On est bien le soir quand ça s’arrête », s’amuse Claudine. De l’effeuillage à la centrifugeuse, six étapes pour un circuit d’environ cinquante minutes. « Les campagnes normales durent à peu près quatre semaines, explique Yves. Cette année, on n’en a que pour quelques jours ». Les cousins, qui se refusent à augmenter drastiquement les prix — « On est en Vaucluse ici! » — gardent un sourire contagieux malgré tout. D’autant que « la qualité est finalement au rendez-vous ».

L’huile du Moulin du Vieux Château, comme d’autres en Vaucluse, n’en est que plus précieuse.

photo-13

 .

Liste des moulins à visiter

.

Amelie

Ecrit par

Journaliste indépendante, j’arpente le Vaucluse à la rencontre de ceux qui lui donnent toute sa saveur, cuisiniers mais aussi producteurs, avec un goût prononcé pour la rencontre. J’aime ces gens qui aiment ce qu’ils font et ont l’œil qui brille devant un panier de légumes, parce que je suis moi-même une amoureuse des produits que nous offre cette terre. Arrivée en 2008, j’y ai depuis donné naissance à une petite fille qui me suit dans mes pérégrinations et me seconde aux fourneaux dans le respect des saisons et du territoire. Locavore, on adore !

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *