Effluves de lavande à la Distillerie Les Agnels

La lavande, c’est probablement le produit le plus emblématique de la Provence ; ses épis bleutés, qui se balancent mollement dans la brise estivale, appellent la sieste dans le hamac, à l’ombre des arbres, rafraichi(e) par le parfum de cette herbe. Et elle n’a pas fini de nous émerveiller, cette lavande. Non seulement elle habille le paysage, rythme les champs, les vallons et les plateaux, mais en plus, ses vertus sont innombrables. Je suis allé à la rencontre de Raymond Agnel, qui dirige la Distillerie Les Agnels, au dessus d’Apt sur le magnifique plateau des Claparèdes ; récit d’une balade instructive, aux accents japonais …

Non, la lavande, ça ne sert pas qu’à mettre dans les placards pour chasser les mites ou parfumer le linge ! Vous en doutiez encore ? C’est une plante connue depuis les romains, en fait depuis que l’homme, en bon observateur de la nature, a constaté qu’elle sent bon, et qu’elle prodigue à celui qui l’utilise certains soulagements. Implantée assez tôt par les romains dans notre belle région, sa production atteint un pic au plein essor de la parfumerie (Grasse n’est pas bien loin), pour retomber, de nos jours, à une production stable orientée vers l’extraction de l’huile essentielle qui connait un succès international (4 000 hectares de Lavande Fine pour l’AOC Huile Essentielle de Lavande de Haute Provence). Je le constate encore aujourd’hui en rencontrant un groupe de visiteurs japonais, venus de loin pour en apprendre un peu plus sur cette belle plante et se photographier pour un souvenir inoubliable.

140703-distillerie-les-agnels_04

140703-distillerie-les-agnels_05
Raymond Agnel mène la visite. Cet homme qui a passé sa vie dans la lavande, pionnier du marché des huiles essentielles, est l’illustration vivante des bienfaits de la Lavandula angustifolia, la variété la plus noble et prodigue ; alerte, bienveillant et amical, il nous montre le fonctionnement de la distillation. Pour résumer : on chauffe de l’eau, qui produit de la vapeur, qui en contact avec la fleur en extrait une eau condensée chargée d’huile, que l’on sépare de l’eau. L’eau récoltée peut également être utilisée, en faible dilution, pour la boisson, ou le rafraichissement, ou la cuisine pourquoi pas. L’huile, elle, est un concentré ultra-puissant ; pas question de l’utiliser pure ! Diluez la toujours, et le dosage se fait en gouttes !
Un petit point « conso » sur les différents types de lavande et les produits qui en découlent :

C’est un des combats de Raymond Agnel, et c’est une nécessité pour nous autres consommateurs de bien savoir à quoi l’on a affaire ! La lavande, donc, c’est d’abord la lavande fine ou vraie, Lavandula angustifolia ou officinalis. Rustique, elle aime l’altitude et les climats chauds-secs. La latifolia, aspic, moins recherchée, sera néanmoins du meilleur effet dans vos jardins. Enfin, le lavandin, un hybride, est le plus exploité, du fait de son meilleur rendement en huile essentielle -mais il ne peut entrer dans l’AOC !-. Son odeur est plus camphrée, et à peu de choses près les propriétés de son huile sont identiques. On recense 17 000 hectares de lavandin en Provence ; il fournit le gros du marché.

140703-distillerie-les-agnels_00
Les parfums de synthèse sont évidemment à l’affut dans les rayons, prêt à bondir sur le consommateur distrait. L’huile essentielle, ça coute cher, la lavande est un bon marché, il ne fallait pas longtemps avant que celui-ci soit infiltrée par des marchands peu scrupuleux, alors méfiance !

140703-distillerie-les-agnels_02
D´une manière plus générale, Raymond Agnel milite depuis bien longtemps pour une culture biologique de la lavande. un choix qu´il a fait pour les quelques 150 hectares de son exploitation. « on vante les bienfaits naturels de la plante, n’est-il pas simplement cohérent de la cultiver au plus prés de la nature ? » De fait la biodiversité s´est installée dans les rangs de lavande fine du plateau des Claparèdes, entre Buoux et Bonnieux, et lon peut admirer le ballet des abeilles qui vont d’une tige à l’autre.
Cela fait le bonheur de nos amis japonais venus écouter Raymond, qui tend aux jeunes femmes émerveillées du groupe un bouquet fraichement coupé et odorant. Un instant de total plaisir pour ces japonaises qui adulent la lavande, un des premiers symboles de notre belle France à l´étranger !! Kawaïïï !

140703-distillerie-les-agnels_03

.
Les Agnels
Distillerie de lavande

Route de Buoux • D113
84400 Apt
Tél. +33 (0)4 90 04 77 00
Ouvert toute l’année
Accueil téléphonique de 10 h à 18 h

 

 

texte et photos Pierre Marilly

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Commentaires

  1. Ecrit par Jacqueline Tirler le 2 septembre 2016, 09:37 [Réponse]

    Bonjour !que faire avec de l eau de lavandin venant d une distillerie ?

  2. Ecrit par huiles essentielles le 3 décembre 2014, 16:33 [Réponse]

    merci, bon moment de lecture … on peut toujours préserver notre santé par les huiles essentielles, homéopathie, aromathérapie, moxibustion et acupuncture : c’est a dire que de la médecine naturelle.. visitez mon blog, là je partage moi aussi sur toute la médecine naturelle : [url]http://medicament-mutuelle.com[/url]/

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *