Quatre châteaux méconnus à découvrir

Lorsqu’on évoque les châteaux de Vaucluse, certains lieux viennent immédiatement à l’esprit : Ansouis, Lourmarin, La Tour d’Aigues … mais si vous aimez sortir des sentiers battus, voici quatre lieux qu’on ne trouve que rarement dans les guides touristiques…

Le Château de Javon à Lioux (Luberon)

C’est en vous baladant sur la petite route qui mène de Gordes à Sault que vous me verrez surgir au sortir de la forêt. Je suis assez impressionnant avec mes tourelles rondes surmontées de toits en espaliers, mes créneaux et mon entrée fortifiée. Je trône sur les hauteurs du petit village de Lioux et suis une propriété privée. N’espérez donc pas  me visiter. Mais rien que mes extérieurs valent le détour. Je suis né probablement au XVè siècle, au moment où la seigneurie de Javon fut attribuée par le pape Léon X à la famille Baroncelli pour services rendus.  J’ai fière allure, vous ne trouvez pas pour un château méconnu ?

chateau de Javon Lioux Joan Tarnowski

chateau de JAvon Joan

 .

Le Château du Barroux

Levez le nez quand vous passez au pied du village du Barroux en allant vers Vaison la Romaine. Je suis sûr qu’au prochain embranchement vous tournerez à gauche pour aller me voir de plus près. Le village lui même mériterait de figurer parmi les Plus Beaux Villages de France ! Situé sur un piton rocheux, je panse peu à peu les plaies de mon histoire mouvementée. D’une ancienne forteresse militaire du XIIe siècle, la Renaissance avait fait de moi une magnifique demeure. Tout va bien jusqu’à la Révolution mais c’est ensuite que le malheur s’abat sur moi. Symbole innocent des grandeurs aristocratiques, on me pille, on transperce mes murailles puis on me vend pour mieux me dépecer. Pendant 150 ans, mes pierres s’en vont à la queue leu leu bâtir les maisons des alentours. En 1929, je pense enfin finies mes heures noires quand un homme se penche sur ma pauvre carcasse. C’est André Vayson de Pradennes (famille à laquelle j’appartiens toujours) qui me redonne ma fierté. Hélas, ma résurrection n’a qu’un temps. En 1944, les troupes d’occupation Allemandes décident bêtement de m’incendier. Et 10 jours durant, je souffris le martyre.  Je renais peu à peu de mes cendres depuis les années 60. Et c’est avec bonheur que vous accueille aujourd’hui dans mes entrailles meurtries.

Le-barroux0025.JPG-800

JL-Zimmermann_Le-Barroux-chateau2.jpg-800

www.chateau-du-barroux.com

 

Le Château de Val Seille à Courthézon

C’est un enfant du pays, Elie Dussaud, entrepreneur de travaux maritimes et ingénieur de Ferdinand de Lesseps qui me donna naissance en 1868. Inspiré d’édifices prestigieux comme Azay le Rideau ou Chenonceau, je suis bien plus modeste mais j’ai toutes les apparences d’un Château néo Renaissance, ce qui est assez rare en Provence et fait toute ma fierté. J’accueillais les personnalités en vue de l’époque lors de grands bals et de belles réceptions.  On a fait de mon parc un bien joli endroit avec des bassins, des grottes et des cascades, des palmiers et des roses qui embaument au printemps. Aujourd’hui ce sont les canards sauvages et les habitants du village qui me fréquentent car je suis la mairie de Courthézon et mon entrée est libre.

_MG_0223.jpg-800

_MG_0209.jpg-800

www.courthezon.fr

 

Le Château de Murs

Perché en sentinelle sur un promontoire des monts de Vaucluse, je domine des paysages immenses s’étendant des Préalpes au Luberon. Mon village, Murs, fait partie des villages peu connus du Luberon. Il est cependant tout à fait charmant avec ses maisons de pierre qui montent jusqu’à moi et ma voisine, l’église romane. De mes murs du 12e. siècle,  lorsque j’étais une sorte de caserne fortifiée servant à abriter les soldats et le représentant du seigneur en son absence,  il ne me reste que des remparts et une tour. C’est à la fin du Moyen Age que je me suis métamorphosé. On me construisit un donjon avec une chapelle gothique et même une salle de justice. Mais je fus abandonné tristement après la Révolution, jusqu’à ce qu’une vieille famille de Murs, que je sus conquérir par mon charme, ne me restaure à partir du 19ème et encore aujourd’hui. Depuis plusieurs générations, je suis une propriété privée qui ne se visite pas. Mais baladez vous à mes pieds et profitez-en pour aller voir le grand chêne, un arbre magnifique situé en bas du village près du lavoir. Une merveille de la nature que j’ai vu naître il y a plusieurs siècles.

140.JPG-800

murs---Photo-Alain-Hocquel-2140.jpg-800

 

www.communedemurs-vaucluse.fr

 

Photos Alain Hocquel, JL Zimmermann, Joan Tarnowski, Benoit Dignac

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par Urgence Serrurier Paris 6 le 16 novembre 2016, 10:19 [Réponse]

    Bonjour, ce château est une merveille et un endroit agréable. Je rêve d’y être

  2. Ecrit par jean-louis le 31 octobre 2016, 11:11 [Réponse]

    c’est un endroit très magnifique

  3. Ecrit par GARNERET le 22 octobre 2016, 15:42 [Réponse]

    Superbes endroits ..
    Qui ne manquent pas de charmes …
    Trės agrėable å y vivre…
    Mes amitiės
    M. L. G

  4. Ecrit par de fechereux le 22 octobre 2016, 05:04 [Réponse]

    Superbe et j adore le Vaucluse et la Provence en generale

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *