Château d’Hugues : l’art du vin

Au Château d’Hugues, entre Uchaux et Sérignan, le beau rouge des vins du domaine répond au rouge velours d’un rideau de théatre, ou au rouge de la palette du peintre. Car son propriétaire Bernard Pradier cultive, en plus des vignes, une passion pour l’art, qu’il met en scène dans la grande batisse. Cet été, il se prépare un véritable petit festival : le vigneron-homme de spectacle a décidé de remonter sur les planches, verre à la main, pour remonter dans l’histoire du vignoble ou pour présenter musiciens et poêtes !

Si vous ne trouvez pas Bernard Pradier dans sa cave en train de vinifier, ou dans le vieux cellier où il couve amoureusement une très belle sélection de millésimes, vous pourrez sans doute le trouver dans ses vignes, devant les vénérables et ondulantes souches qui lui inspirent ses tableaux. Allégories féminines, les souches sont ses muses depuis plus de 20 ans, depuis qu’en 88 il a démarré ce domaine du Château d’Hugues, 15 hectares de passion et d’amour dans ce beau coin qu’est le massif d’Uchaux, au cœur des Côtes du Rhone Méridionales

De ses nombreuses cuvées, il parle comme il parle de ses créations: aussi sensibles que ses œuvres peintes, toutes cherchent l’équilibre et l’harmonie dans l’expression des cépages et de leurs terroirs. Dans l’ombre fraîche du caveau de dégustation, on déguste ensemble le joli Chant de Fleurs, assemblage d’Ugni Blanc et de Clairette, frais et océanique, puis Le Péché de Vigne, Viognier et Roussane, et enfin La Grande Réserve, issue de vieilles vignes, Grenache et Syrah, un vin chaleureux et généreux comme une ligne de saxophone. La musique, l’art, la poésie, le spectacle ont nourri Bernard en même temps que la vigne, destinée familiale, et les deux passions ont toujours bien cohabité. Toutes deux appellent l’amitié, le contact avec l’autre, le plaisir.

Cette année, il a invité Betsy Eeckout, artiste plasticienne belge flamande, a exposer ses « Robes du vin », de monumentales sculptures composées de milliers de rafles (les rafles sont les attaches des raisins sur la grappe, souvent éliminées lorsque l’on rentre le raisin à la vendange parce qu’elles peuvent amener trop d’astringence au vin) amoncelées et desséchées. Ses robes flottent, suspendues, sans corps, présences énigmatiques, que l’on rencontre au détour d’une visite du château, sous le grand escalier ou au fond du cellier. L’exposition se tient du 19 juin au 20 aout.

Et pour la première année, Bernard et son assistante Virginie ont concocté, les 16, 17, 18, 19, 23, 24 et 25 juillet des soirées qui devraient ravir les amateurs de musique, de vin et de poésie. Au programme : des « verticales » (dégustations de millésimes du domaine), commentée par Bernard qui remontera le temps avec nous, du Blues, de la poésie sur le vin, et du Jazz, qui résonnera jusque dans le cœur des femmes-souches, les belles vignes chargées d’un raisin murissant !

 

Soirées sur réservation et limitées à 50 personnes
« tapo/Vino » : chaque verre est accompagné d’une création culinaire
15 € / personne
Plus d’infos sur www.chateaudhugues.fr

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Commentaires

  1. Ecrit par baidu le 13 novembre 2014, 09:00 [Réponse]

    Château d’Hugues : l’art du vin – Savourez la Provence good articles
    baidu http://www.baidu.com

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *