Chantecôtes, le premier cri du vin nouveau

Depuis que l’homme fait du vin -grand bien lui en a prit-, il célèbre la fin de l’année passée, bonne ou mauvaise, en tirant de la cuve le Vin Nouveau, un vin jeune qui pousse ses premiers cris, parfois un peu durs à l’oreille certes, mais souvent annonciateurs de merveilles du palais. À l’approche de Millévin, le grand rassemblement automnal avignonnais qui célèbre le vin nouveau, je me suis rendu à Sainte-Cécile-les-Vignes pour rencontrer la jeune et sympathique équipe des vignerons de Chantecôtes, déguster leur vin nouveau, et vérifier que le système coopératif peut produire des vins superbes. Petite tournée bachique avec Sainte-Cécile, patronne des musiciens, et Saint-Vincent, patron des vignerons.

chantecotes_005

chantecotes_001

Dans le caveau, sous la voûte du 15ème siècle, je rencontre Luc Gleize et Ludovic Schauss, respectivement gérant et directeur de cette « petite » coop de quelque 120 coopérateurs, qui produit une quinzaine de cuvées dont quelques très belles réussites, notamment le rosé Abélia médaillé d’or au mondial du rosé, ou les Terres Vierges en bio distinguées aux Féminalise 2014. Des succès qui sont les fruits d’efforts continus depuis des années pour élever le niveau et célébrer les beaux terroirs qui entourent la cave : Cairanne, Côtes du Rhône Village, Plan de Dieu, … On goûte Les Terres Vierges, Côtes du Rhône d’un pourpre profond, aux arômes de fruits noirs, bien structuré et bio, ce qui ne gâche rien. Puis la cuvée Les Deux Chapelles, une superbe gamme d’arômes prunes, épices et grillés et un élevage en chêne de 12 mois. Optimal en sortie de cave, à garder de 3 à 5 ans. Gros coup de cœur pour la cuvée Saint-Vincent blanc, véritable découverte pour ce superbe équilibre et un travail de haute couture qu’on trouve habituellement sur des domaines plus petits : Grenache blanc, Marsanne, Viognier, Roussanne et Bourboulenc assemblés, arômes de fruits à chair blanche (pêche), élevage en barrique. Vraiment extra, gras et frais comme on aime en boire sur des volailles en sauce ou des quenelles de poisson par exemple, ou juste à l’apéro.

chantecotes_002

Direction la cave, où nous attend Edwige Roussel, responsable technique, qui bâtonne justement les lies de la cuvée Saint Vincent, millésime 2014. C’est elle qui orchestre la vinification, avec Ludovic et 3 cavistes, dans cette vieille dame de 1927 qu’est la cave, aménagée entre temps avec les dernières technologies. Cuves automatisées, vinification thermorégulée, un bel outil au service de la vision des vignerons de Sainte Cécile ; « on est au carrefour de plein de belles appellations, on a de la chance, c’est un atout pour développer la marque », assument-ils en chœur. Sainte-Cécile n’est pas un village-appellation comme Cairanne ou Gigondas toutes proches, elle est donc discrète dans le paysage viticole, mais elle n’en est pas moins au cœur d’un terroir superbe, converti à une idée de la viticulture moderne, sélections parcellaires et agriculture biologique en étendards.

chantecotes_003

Alors, ce vin nouveau ? Il attend sagement, il y en a environ 500 hectolitres, qui seront bus entre mi-novembre et les fêtes de Noël, un petit vin sympa, couleur framboise, aux arômes amyliques (bonbon anglais, Fraise Tagada®, et pas banane comme le Beaujolais, cépages différents oblige), qui se boit entre copains pour célébrer bruyamment -mais sans excès, n’est-ce pas ?- Bacchus et son cortège de faunes, nymphes, satyres et autres troubadours qui débouleront avec toutes les confréries de la Vallée du Rhône pour Millévin,  le 3ème jeudi  de novembre à Avignon.

chantecotes_004

 

 

 

 

 

Chantecôtes, Cave Coopérative de Sainte-Cécile-les-Vignes
Cours Maurice Trintignant
84290 Sainte-Cécile-les-Vignes
Tél. 04 90 30 83 25
contact@chantecotes.com
www.chantecotes.com

Texte et photographies Pierre Marilly

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Commentaires

  1. Ecrit par Paris B le 13 décembre 2014, 22:47 [Réponse]

    Après Très instructif . Merci http://www.savourez-la-provence.fr de prendre le temps de partager votre point de vue avec nous .

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *