Au marché du diamant noir

Me voilà à Richerenches, la capitale de la truffe noire. C’est là qu’a lieu tous les samedis matin, de fin novembre à début mars, le plus grand marché aux truffes d’Europe. Pas sous une immense halle ou un hangar comme je l’imaginais, mais dehors, dans une rue qui borde l’ancienne commanderie templière.

 

Le cours Mistral, qui porte parfois bien son nom, est noir de monde.

Ce marché ne ressemble à aucun autre. Pas d’étals ni de grands cris, mais des camionnettes et des voitures aux coffres grands ouverts et tout un petit peuple qui s’affaire et chuchote. C’est le marché de gros.

Sac de truffes sous le bras, les trufficulteurs s’approchent un à un des voitures. Je me faufile pour assister discrètement aux transactions. L’homme à la camionnette est l’acheteur, un courtier sans doute, celui au petit sac de jute, un agriculteur du coin. Visiblement les deux hommes se connaissent. Le courtier fouille dans le sac, sort une belle truffe encore toute enveloppée de terre, hume, met un coup de canif dans le champignon, puis recommence. Il fait un signe de la tête. Deux mots sont échangés. Sans doute le verdict est il tombé, ou plutôt le prix. Je n’en saurai rien. Muni d’une balance romaine qui semble tout droit sortie de chez un brocanteur, l’homme pèse le sac : 1 kilo 250. Les deux hommes se rapprochent, me tournent le dos ; l’affaire est faite.

 

Dans la rue perpendiculaire, je flâne sur le petit marché provençal réchauffé par le soleil. Là, les truffes se vendent au détail. Sur les étals, parfois des brumales, parfois des mélano. Le prix affiché n’est pas le même. On m’explique la différence ; me voilà savante « expert es tuber ».

Plus loin, de l’huile truffée, des terrines, de « l’apéri’truffe » et même des plants de jeune chênes mycorhizés. Je me prends à rêver à ma propre récolte ! Encore faut-il avoir un jardin et patienter 10 ans !

En attendant, direction la salle des fêtes pour un plaisir immédiat : l’omelette aux truffes !

 

Texte Valérie Biset, photo Muriel Pellegrin

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par BONNET DOMINIQUE le 6 septembre 2012, 22:06 [Réponse]

    Excellente idée Truffe et Vin !!
    La Cuvée du Diamant Noir à la Cave Coopérative de Richerenches Vaucluse Enclave des Papes !!
    Je vous recommande cette Cuvée.
    Un Vénérable de la Confrérie du Diamant Noir.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *