Apprendre à lire entre les vignes

La 27e Journée du livre à Sablet, les 19 et 20 juillet 2014.
Sablet, on y arrive en vacances et on en repart en banqueroute frauduleuse. Mon banquier a horreur de cette Journée du livre. J’ai beau lui expliquer la Provence qui cymbalise avec les cigales, les remparts du XIV et les cyprès qui veillent sur le vignobles. Je le sens peu réceptif à mes achats. Ça me vaut des échanges acerbes voire mesquins sur la déplorable tenue de mon compte en banque avec lequel il gagne des fortunes en agio, depuis des décennies. Peu importe, je n’ai jamais ouvert un livre de compte de ma vie.
D’autres livres oui, beaucoup même et chaque fin juillet, le dimanche soir quand la Journée se referme, à la descente du village, mon sac à dos en est plein.

 

chapiteau

Je ne peux pas résister et je ne suis pas le seul à me laisser tenter par tel ou tel auteur, telle ou telle maison d’édition, connus, pas connus ; je trimbale même des bouquins que je mettrai plusieurs mois à ouvrir. Ça n’avait pas été le cas avec les premiers opus de Nothomb et de Werber, primés, ici sous les chênes verts, il y a quelques années.

On trouve de tout à Sablet : polar, roman historique, littérature régionale, pour la jeunesse,  BD, essai, poésie, jeunes auteurs et d’autres qui ne sont plus en W depuis longtemps. Le village est une vaste librairie, un salon littéraire à ciel ouvert où chacun vante ses talents sous des stands disséminés dans les rues et sur les placettes. Avec comme fil rouge, blanc ou rose : le livre et le vin ou l’inverse selon le moment de la journée. De quoi en boire de toutes les couleurs pour mieux apprendre à lire entre les vignes.

 

stand

livres1AHocquel

Il faut dire que les vignerons de Sablet et alentours savent y faire pour accompagner la musique des mots ; du grand art des Côtes du Rhône et des appellations qui vont avec. Je vous invite toutefois à la modération surtout si, par exemple, vous avez décidé de suivre avec une attention soutenue la causerie des frères Ivan et Grichka Bogdanoff … même à 17h sous les ombrages.

De toute façon, je vous le dis tout net, n’essayez pas de rencontrer vos auteures et auteurs préférés avant 14h30 car il n’y en a pas un pour sauver l’autre. La plupart met un temps certain à s’ébrouer quand les millésimes et le soleil sont au zénith. La nuit aussi et certains, qui reviennent cette année (j’ai les noms) pratiquent avec maestria la technique de James Crumley, feu écrivain de polar américain : « Deux verres d’avance sur la réalité et un verre de retard sur la biture ».

Préférez donc le matin jusqu’à midi pour obtenir leurs dédicaces. Vous y croiserez de joyeuses jeunes femmes en robes à fleurs et capeline, des familles avec la mère qui décortique un livre de recettes provençales pendant que les mômes dévorent les Mangas du stand d’à côté pour voir si leurs héroïnes, Lolitas en mini noire et collant blanc, sont aussi hard et délurées qu’on le dit. On y croise aussi des messieurs très doctes en Panama, pantacourts, socquettes montantes et mocassins à glands, très aimables au demeurant, et qui peuvent vous expliquer les difficultés de la traduction des « Haïku » en Serbo-croate. Je vous l’assure : Sablet c’est passionnant.

 

Journée du livre de Sablet, les 19 et 20 juillet 2014 dans le village.

Marraine de l’édition 2014 Macha Méril

Tout le programme sur www.journeedulivre.com

 

Texte Hugues Masoch . Photos Valérie Biset, Alain Hocquel

 

Hugues

Ecrit par

J’arpente le Vaucluse depuis presque 40 ans pour raconter les choses et les gens, dégotter des coinstots plus ou moins bizarres, austères parfois, festifs et surprenants souvent, pleins d’histoires petites et grandes. J’ai toujours aimé soulever les jupes du quotidien. Je n’ai jamais été déçu. Alors restez avec moi pour vous faire partager mes découvertes.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *