Albert Camus, le Premier homme de Lourmarin

Une p’tite Goldo sans filtre, un Pastis sur le guéridon bancal, bien calé au café de l’Ormeau ou chez Ollier, Albert Camus, le discret « Monsieur Terrasse » comme il se faisait appeler en guise d’anonymat, profitait, ainsi, de la douceur du village à l’heure apéritive.

hotel ollier

Albert avait des plaisirs simples quand il ne castellisait pas, par sa seule présence, les cafés littéraires parisiens. La balade « Sur les pas d’Albert Camus » que propose l’office de tourisme, devrait commencer au bistrot. Parce que les comptoirs et les tournées sur trois rangs après un match, sont généralement les sièges officiels des clubs de football locaux. Et Camus ne plaisantait pas avec le foot, lui le gardien de but de l’équipe juniors du Racing universitaire d’Alger qui dira plus tard : « J’appris tout de suite qu’une balle ne vous arrivait jamais du côté où l’on croyait. Ça m’a servi dans l’existence ». C’est valable en football mais aussi en Existentialisme, en Communisme stalinien et en idées reçues. L’angoisse et la gloire ne tiennent qu’à cette position inconfortable de dernier défenseur. Une œuvre conséquente et la reconnaissance planétaire sonnante et trébuchante qui va avec, lui permirent, en 1958, après le prix Nobel de littérature, d’acheter sa maison aux deux colonnes, avec terrasse qui observe le Luberon.

FontaineLourmarin_042                IMG_9529.JPG_800

Le « pisteur » littéraire de Lourmarin qui encadre la balade, raconte tout : l’enfance pas facile à Bône, ses dons d’écriture découverts par son instituteur Louis Germain puis Jean Grenier, en philo, qui l’incita à trouver un repère/repaire à Lourmarin, encouragé par son copain René Char, le poète de l’Isle-sur-la-Sorgue, croisé dans les bureaux de l’éditeur Gallimard, la tuberculose handicapante, l’engagement humaniste en Algérie et ailleurs, pas toujours bien compris, ses fâcheries intellectuelles, une grande rigueur, mine de rien fichée sur sa clope au bec.

IMG_1635.JPG_800                            IMG_1633.JPG_800

On sait (presque tout) de «la lumière et des couleurs » qui lui rappelaient « son Algérie natale », exotisme oblige, entre le stade (oui encore) qui, d’un regard, mène vers le château, l’hôtel Ollier, où il ne buvait pas que de l’eau avec ses copains, la place de l’église, les petites ruelles qu’on imaginait moins apprêtées à l’époque. Et le cimetière bien sûr, où son cercueil fut transporté jusqu’à la tombe par les footballeurs de Lourmarin, en 1960. Le cimetière, ciel et terre « réconciliés », avec, pas loin, Henri Bosco, l’autre grand écrivain de Lourmarin avec qui Albert entretenait des rapports très distants…Ils ont dû s’arranger depuis, entre voisins qui se partagent l’éternité.

Le manuscrit inachevé du «  Premier homme » a été écrit, ici, à Lourmarin. Une raison supplémentaire pour s’acheter un paquet de Gauloise sans filtre, de s’offrir un Ricard tube avant d’aller voir ce « Premier homme », le film éponyme de Gianni Amelio avec Jacques Gamblin, en Camus, programmé par le cinéma Utopia d’Avignon du 3 au 9 avril 2013.

En guise d’apéro, je vais aussi profiter de Abd Al Malik, le rappeur, poète qui reprend cinq nouvelles de « L’envers et l’endroit », les premiers textes d’Albert Camus. C’est le vendredi 22 mars à 20h30 au Théâtre de Cavaillon.

 

 

« Sur les pas d’Albert Camus » :

Visite commentée tous les mardis à 10h00 (et sur rendez-vous pour les groupes).

T.04 90 68 10 77. tourisme@lourmarin.com

Texte Hugues Masoch, photos OT de Lourmarin, A Hocquel

Hugues

Ecrit par

J’arpente le Vaucluse depuis presque 40 ans pour raconter les choses et les gens, dégotter des coinstots plus ou moins bizarres, austères parfois, festifs et surprenants souvent, pleins d’histoires petites et grandes. J’ai toujours aimé soulever les jupes du quotidien. Je n’ai jamais été déçu. Alors restez avec moi pour vous faire partager mes découvertes.

Commentaires

  1. Ecrit par Raveu le 26 janvier 2017, 08:10 [Réponse]

    Savez vous si Suzanne Ginoux qui servait son café à Albert Camus, vit toujours à Lourmarin ou ailleurs
    Merci

    • Valérie
      Ecrit par Valérie le 26 janvier 2017, 12:29 [Réponse]

      Désolée Renée mais je n’en ai pas la moindre idée.

  2. Ecrit par abdelmalek nicole le 4 avril 2013, 14:35 [Réponse]

    tres joli village

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *