Les brassados du boulanger du Ventoux

Le Brassado de Pâques ou brassadeau, est une pâtisserie provençale très ancienne qui doit son nom à sa forme de bracelet. Philippe Gaucher est l’un des boulangers du Vaucluse qui maintient cette tradition. La nuit, si vous voyez une lueur dans le village de Malaucène, c’est probablement la fenêtre du fournil de l’ancien légionnaire, qui ne dort que d’un œil, en mission pour le pain…

Ne le cherchez plus dans le hameau de Sainte Colombe. Il est toujours au pied du Ventoux mais il a investit désormais une ancienne boulangerie du village voisin.  Là aussi, s’opère toujours la magie du pain. Ce sont les traditionnels brassados (ou brassadeaux) que je viens y trouver ; il paraît que Philippe est passé maître dans leur art. « Ah, les Brassados ! » fait il en considérant la plaque de belles brioches sorties du four quelques heures auparavant, « toute une histoire : à l’origine, c’est le pain des pénitents. Ils se les passaient au poignet, comme cela (il mime) et à la fin de leur pénitence, s’autorisaient à en croquer un morceau ».

140402-140bis

Étrange comme les traditions survivent à l’histoire … Philippe évoque son métier : la nuit, la solitude, la chaleur du fournil dans le froid hivernal. Je pense inévitablement au Pierrot de la fable, qui confectionne pour Colombine un pain à son effigie, une déclaration d’amour à manger. Je demande à Philippe si c’est un sentimental, lui l’ancien légionnaire. Il a une réponse extraordinaire : « en tout cas, les boulangers font de bons masseurs !« . Et ils ont de bonnes recettes, visiblement : le brassado est une brioche tendre et compacte, parfumée délicatement à la fleur d’oranger, dont vous ne pourrez plus vous passer dès la première bouchée.

 

140402-206bis

140402-212

140402-157

Comme toutes les choses simples et familières, le pain est une denrée redoutablement complexe. Nous en consommons chaque jour sans savoir avec quel soin (ou quel mépris) il est traité, nous le prenons pour acquis, nous imaginons qu’il est un rudimentaire mélange de farine, d’eau et de levure, nous respectons rarement l’humble labeur du boulanger qui sacrifie sa lumière du jour pour nous offrir le bonheur du pain frais. En quelques bouchées, nous avalons sans en avoir conscience le fruit de milliers d’années de culture, l’ABC du langage culinaire, l’histoire de l’humanité.

140402-197

Périr ou pétrir, Philippe a choisi. Lassé des combats et des voyages, il a posé ses valises et ses souvenirs au pied du Ventoux, où il vit tout de même encore des aventures extraordinaires, des aventures de tous les jours et de tout le monde. Chaque jour, sauf le lundi, il accueille dès potron minet, comme le Ragueneau de Cyrano, ses clients avec d’exquis croissants, et réconforte les angoisses matinales avec de bons pains chauds.

Boulangerie La Cabanette
1 rue porte Cabanette – 84340 Malaucène
T.04 13 07 50 11

Et sur Facebook « Boulangerie Cabanette »

boulangerie

Ecrit par

Je suis photographe et rédacteur dans les domaines de la gastronomie, du vin et de l’art de vivre. Arrivé en 2009 dans le Vaucluse, j’explore avec un bonheur toujours renouvelé ce coin de Provence authentique, à la rencontre des passionnés qui font vibrer mes sens ; chefs, vignerons, producteurs. Pour moi, il n’y a pas de petits sujets ! J’ai surtout à cœur de vous faire ressentir, par la magie des images et du verbe, la chaleur des fourneaux de cuisine pendant le coup de feu, ou la fraîcheur d’un chai en été.

Commentaires

  1. Ecrit par gouley alain le 8 novembre 2014, 16:27 [Réponse]

    bonjour je suis boulangert depuis 48 ans et j aimerais correspondre avec vous cordizlement

  2. Ecrit par gauchet le 17 avril 2014, 21:06 [Réponse]

    merci a toi pierre d avoir su faire percevoir cette passion qui m anime ,et comme tu l as si bien dit : il fut un temps ou je distribuais des pains et maintenant je prends plaisir a les petrir ,les cuires et les proposer a la vente ,pourvu que c a dure !!!!! (belles photos ) merci.

  3. Ecrit par Joëlle ESCOFFIER le 17 avril 2014, 09:55 [Réponse]

    Habitante de MODENE où je suis née il y a quelques années maintenant !!, passant bien souvent pour monter
    au Ventoux je ne savais pas qu’il y avait une boulangerie….. et des « brassados » …. Je sens
    d’ici l’odeur des brassados…. mon enfance. Actuellement je ne suis pas à la maison. Mais dès mon
    retour je monte acheter des brassados…. Joëlle, tisserande

  4. Ecrit par joulia le 16 avril 2014, 17:24 [Réponse]

    les brassadeaux de Ste Colombe, beaucoup de souvenirs quand le boulanger de Ste Colombe faisait sa tournée et me les amenait à .. Bléget ! c’était il y a… 43 ans !!!!!! il venait dans sa 2 cv camionnette !! il faisait aussi des tartes aux abricots. JE vous dis que ça !! merci aux boulangers qui font des bonnes choses

  5. Ecrit par LUDMANN DANIEL le 16 avril 2014, 16:04 [Réponse]

    cest tres bien pour les tradition,vous etes un passionne

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *