18 Espaces Naturels Sensibles pour découvrir autrement le Vaucluse

Et si l’on se baladait autrement à présent dans le Vaucluse ! Suivez le guide…

Dotés de paysages aussi variés qu’exceptionnels et d’une flore et d’une faune d’une biodiversité remarquable, 18 sites du département  sont à découvrir avec un autre regard. Ces trésors, accessibles en toute saison, ce sont les Espaces Naturels Protégés labellisés « Espaces Naturels Sensibles », protégés pour leur richesse et leur diversité écologique. Des balades nature inédites idéales aux beaux jours.

La source des Groseau à Malaucène, une eau limpide qui surgit au pied du mont Ventoux © Colombe Production

Aux alentours d’Avignon…

Sur la Route département 942, à hauteur de Caumont-sur-Durance, je découvre un nouveau panneau indicatif récemment posé avec l’inscription « Espace Naturel Sensible, Colline de Piécaud ». Je connaissais la colline de Piécaud pour m’y être promenée, je la redécouvre quelques années plus tard. Au sommet, à seulement 130 mètres d’altitude, une superbe vue à 360 degrés s’offre pourtant aux promeneurs, de la vallée de la Durance aux Alpilles, du Luberon au Mont Ventoux. Une jolie table d’orientation en marjolique permet de se situer, tout en admirant en contre-bas le village médiéval de Caumont-sur-Durance et son imposante église.

La colline de Piécaud, à Caumont-sur-Durance, offre une promenade pédagogique d’une heure et demie  © Colombe Production

C’est de là que part un sentier pédagogique initié par un projet d’école « Les Plantes de nos collines ». Une vingtaine de pupitres dévoilent aux promeneurs la richesse floristique du site. Tels les amateurs naturalistes ou les passionnés de nature, je me laisse guider et m’amuse à reconnaître les arbustes et plantes des collines méditerranéennes, à leur couleur, à leur odeur, à leur forme, durant une heure et demie au fil des sentiers. Sur un panneau qui se dresse au pied de la colline de Piécaud, je découvre que ce lieu a été labellisé « Espace Naturel Sensible » en 2013 (dans le cadre des actions menées au niveau départemental depuis 2005).

Aux alentours d’Orange…

Je poursuis mon périple du côté de l’étang salé de Courthézon, dont il n’a plus de salé que le nom.

L’étang de Courthézon est une jolie balade en famille à l’écoute des oiseaux © Photo DR

 

Après une exploitation saline au Moyen-Âge, l’étang est aujourd’hui alimenté uniquement par les eaux de pluie et de ruissellement et joue le rôle d’un bassin écrêteur de crue. Ses versants sont occupés par de la vigne d’appellation AOC classée Grand cru Châteauneuf-du-Pape, et par des parties boisées. Avec ses 21 hectares, cette zone humide, labellisée en 2005, est d’intérêt majeur pour la migration des oiseaux. La roselière qui la compose abrite de nombreuses espèces remarquables pour le Vaucluse : Blongios nain, Busard des roseaux et Rousserole turdoïde…  La balade d’une petite heure sur les pontons de bois au milieu des roseaux est des plus agréables, et est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Si vous aimez les oiseaux, c’est l’endroit idéal pour les admirer (en silence bien sûr 😉). En voici d’ailleurs un…Chut… Je me glisse dans une cabane en bois et patiemment je les observe. Je ne connais pas leurs noms mais qu’est-ce qu’ils sont beaux !

©Eric Decamps

Autour du Ventoux…

Ma prochaine destination sera Malaucène, un village au pied du Ventoux très prisé des touristes et surtout des cyclistes. A une heure d’Avignon, je découvre un cadre bucolique avec pour compagnons le chant des oiseaux et le bruissement de la source du Groseau qui jaillit en plusieurs endroits au pied du mont Ventoux.

La source, la chapelle et la forêt des Groseau à Malaucène : un cadre bucolique à découvrir absolument © Colombe Production

Au-dessus, une petite forêt de 24 hectares, acquise en 1975 par le Département, présente des milieux naturels typiques du Vaucluse avec une chênaie, des garrigues, des falaises, des éboulis et des pinèdes. C’est un site de promenades et de détente incontournable, de toute beauté ! En plein été, je reviendrai m’y balader pour la fraîcheur.

Un cadre bucolique entouré de sources et de 24 hectares de forêt © Colombe Production

Dans le Luberon

Garrigue de Mérindol, forêt des cèdres (accessible aux personnes à mobilité réduite), Lac et collines du Paty, Mines d’ocres, zone humide des confines, marnes aptésiennes, et bien d’autres trésors naturels attendent les promeneurs dans le Vaucluse…

La promenade dans la forêt des cèdres, à pied ou vélo, est accessible aux personnes à mobilité à réduite © Photo DR

Finalement, visiter des espaces protégés, c’est être acteur de la préservation de l’environnement !

Mon périple est loin d’être terminé entre plaisir, nature, histoire et découvertes… Je vous invite à faire comme moi, seul, entre amis ou en famille! Comme tous les Espaces Naturels Sensibles répartis sur l’ensemble du territoire du Vaucluse, l’accès est libre mais des visites découvertes y sont fréquemment organisées à partir d’un programme 2018 bien établi.

A Roussillon comme à Bruoux, la flore est exceptionnelle. Le rouge de cette terre ocrière tranche avec le vert de la forêt qui l’habille © Colombe Production

On peut bivouaquer, découvrir de nuit les chauves-souris, observer de jour les oiseaux, participer à des ateliers gratuits, à des jeux de piste, à des ateliers photos en s’inscrivant 48 heures à l’avance. Et tout cela encadrés par des éco-animateurs qui aiment à partager leur passion, afin de vous donner les astuces pour mieux observer la faune et la flore.

Les ENS sont en accès libre, très souvent accessibles aux personnes à mobilité réduite. Vous pouvez donc les découvrir par vos propres moyens ou avec un éco-animateur. 

Toutes les infos, accès, sentiers sur ce lien

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d'Avignon. Telle une colombe, j'aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur...’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *