Les 10 bons petits plats qu’on vous mijote ici

Légumes, ail, herbes aromatiques, huile d’olive sont à la base de notre cuisine ensoleillée. On plonge dans les saveurs méridionales avec 10 plats incontournables.


 

1/La Ratatouille

DSC02470

Ce ragout de légumes estival, mijoté à l’huile d’olive, fait partie des recettes incontournables du midi. Le ratatouille accompagne idéalement de nombreuses viandes, et l’on peut même la servir froide. Sa préparation demande du temps. Il faut deux bonnes heures pour la préparer et deux minutes pour l’engloutir. Mais quel délice lorsqu’elle est préparée dans les règles de l’art :  chaque légume doit être poêlé séparément – oignons, poivrons, courgettes, aubergines et tomates – avant de les laisser mijoter ensemble avec du thym et du laurier.  Voir la recette

2/Le Tian de légumes

DSC07717.JPG_800

Même si on n’est pas fan des légumes, vous avouerez que ce plat est bien joli à regarder avec ses couleurs ensoleillées ! Cette spécialité culinaire est en fait un gratin de légumes cuits au four, le plus souvent des poivrons, des courgettes, des tomates, préalablement coupés en rondelles, légèrement dorés à l’huile d’olive puis disposés sur leur tranche dans un … tian. Et oui, à l’origine, « tian » est le nom du large plat en terre cuite dans lequel ont fait cuire ce gratin. On peut en faire de toutes sortes, tian d’épinards, tian de courge, tian de carde… Voir la recette

3/ L’Aïoli

On dirait une mayonnaise avec l’accent ! C’est aussi  la composante essentielle d’un plat traditionnel à base de morue et de légumes bouillis, « l’aïoli garni ».
Convivial et sympathique, il est facile à préparer, à servir et à personnaliser. Un plat de réjouissances, unique, que l’on sert aussi bien en hiver devant la cheminée que sous une tonnelle en plein été. Idéal pour recevoir sans façon. Voir la recette 

4/La Soupe au pistou

IMG_0593-001

C’est un plat d’août-septembre, d’été indien et de “retour du marché” : haricots blancs, rouges et verts, tomates, courgettes, basilic… Elle doit sa saveur au pistou, un mélange d’ail, d’huile d’olive et de basilic que l’on ajoute en fin de la cuisson. Un soupe tellement copieuse que vous n’aurez pas besoin de prévoir un autre plat au menu. Et c’est tant mieux, car il demande patience et minutie. Inutile de calculer le ratio travail/plaisir gustatif, une soupe au pistou  digne de ce nom, ça vaut toujours la peine ! Voir la recette 

5/L’Anchoïade

cha24m-001coupe

©Charlotte/cha24m

L’anchoïade, cela m’évoque à la fois les apéros entre amis et les lendemains de réveillon trop copieux où l’on cherche à manger léger. Cette sauce à base d’huile d’olive, d’anchois pilés et d’ail se déguste tartinée sur des croûtons grillés mais c’est aussi un plat complet fait de légumes crus taillés. Un joli plat coloré avec ses bâtonnets  de carotte et céleri en branche, ses radis et tomates rouges, ses artichauts violets, ses cébettes vert tendre… Une vraie nature morte à croquer. Voir la recette

6/Le Crespeou

crespeou-001

Encore un plat coloré, originaire semble-t-il du Vaucluse, que les paysans emportaient autrefois aux champs. C’est un véritable « millefeuille » d’omelettes à base de légumes, d’herbes, de condiments…, empilées les unes sur les autres, à déguster froid. Sur une table estivale, il fait toujours son petit effet. Voir la recette 

7/Le Gratin d’agneau au  Petit Épeautre

gratinmodifie

J’aime cette phrase d’Henri Bosco qui parlait du Petit Épeautre, cette céréale qui pousse là haut sur le plateau de Sault :et qui la décrit bien : « C’est un blé très rustique et je l’aime bien. Plus un blé est vêtu, rude, coloré, plus il me semble un vrai blé de la terre »Issu d’une culture biologiquement adaptée, le Petit épeautre a une valeur nutritionnelle bien supérieure à celle des autres céréales. Son taux de protéines est élevé mais c’est surtout sur le plan de la teneur en magnésium qu’il creuse l’écart. On l’accommode de multiples façons, en version salée comme sucrée, en taboulé, salade, risotto, crème brûlée… Moi c’est en gratin que je le préfère avec de l’agneau de Provence. Et celui-ci est bien gourmand.  Voir la recette

8/La Tapenade

IMG_1346-001

Pour un apéro provençal, impossible de passer à côté ! Des olives, un peu d’huile, de l’ail, des anchois et des câpres, à ne pas oublier. D’ailleurs le mot tapenade vient de « Tapeno » qui signifie « câpre » en provençal. Elle peut être noire ou verte. On la déguste sur des petits canapés craquants mais elle peut aussi servir de farce à une volaille ou un lapin. voir la recette

9/ La Daube Avignonnaise

2015-03-12_202432

Autrefois, elle cuisait lentement au coin d’un feu de cheminée dans une marmite de fonte, sur un trépied. Cette daube parfumée est une variante de la daube classique. A la place du bœuf, on utilise de l’épaule d’agneau, et le vin blanc remplace le rouge pour la marinade. Thym, laurier, ail, sauge viennent parfumer ce plat traditionnel que l’on retrouve encore à la carte de certains restaurateurs de la Cité des Papes. Voir la recette

10/ La Barigoule de légumes

578371_10151318453935998_5727029_n-533x400

©Gina Trévier Carpentras

Quand la météo oscille entre derniers froids et chaudes journées, ce plat très simple composé de légumes d’hiver et d’artichauts de printemps, accompagne merveilleusement un filet de veau ou un carré d’agneau. En réalité « Barigoule » vient de « Barigoulo ou Berigoulo », un mot provençal signifiant « champignon ». C’est une manière d’apprêter les artichauts en un dressage festif, coloré, avec des saveurs qui se complètent agréablement. Voici une interprétation de la barigoule, mais sans champignon voir la recette

Vous en avez d’autres ?

Texte Valérie Biset

Photos Valérie Gillet, Valérie Biset, Charlotte, Marc Laurin, Gina Trévier

Valérie

Ecrit par

Curieuse de tout, gourmande et gourmet, j’adore toutes les bonnes et belles choses en général. Fan de cuisine et de vin serait exagéré mais ce qui m’anime avant tout, c’est ma passion pour le Vaucluse, mon département d’adoption dont je raffole. J’aime rencontrer tout ceux qui comme moi se plaisent à valoriser ses atouts, et surtout à transmettre leur passion et leur savoir faire. Je consacre une partie de mon temps libre à parcourir le département, inépuisable, et suis toujours partante pour découvrir un nouveau lieu et dénicher une bonne adresse. J’aime écrire aussi et ai quelques monomanies : les glaces (celles à la crème de préférence) et les réseaux sociaux.

Commentaires

  1. Ecrit par Guindos Jeanine le 3 mai 2015, 08:13 [Réponse]

    Un grand merci Valérie pour les Vauclusiens de cœur mais pas d’origine , cela nous permet de nous approprier un peu plus cette belle Provence. Je suis toujours avec un grand intérêt vos articles . Bravo !

  2. Ecrit par Mag le 25 avril 2015, 19:31 [Réponse]

    Les pieds paquets….?

  3. Ecrit par Yolande ARNOUX le 20 avril 2015, 01:34 [Réponse]

    tout ce qui réveille les papilles.. Une Provençale

  4. Ecrit par Carole le 13 avril 2015, 06:44 [Réponse]

    Les Petits farcis ?

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *