La cité des papes s’ouvre à l’art africain

Dès le 19 mai et jusqu’au 14 janvier 2018, le palais des papes d’Avignon accueillera la splendide collection privée de l’industriel et mécène vauclusien, originaire d’Apt, Jean-Paul Blachère. Le choix des installations a été guidé par les dimensions monumentales des grandes salles du palais, créant ainsi un dialogue étonnant entre l’architecture médiévale et la sculpture contemporaine africaine. On retrouvera 30 artistes africains présentant 76 œuvres dont une majorité de sculptures dans cinq lieux emblématiques d’Avignon.

Elles sont faites de bois, de métal, de tissus… Loin des terres chaudes dans lesquelles la majorité de ces 76 œuvres d’art ont été conçues par les 30 artistes africains, c’est le Palais des papes qui servira notamment d’écrin minéral à cette exposition consacrée à l’art africain. Une exposition qui vient à point nommé lorsque l’on sait qu’Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, consacrera du 6 au 26 juillet sa 72e édition à l’Afrique sub-saharienne. Ainsi tout Avignon vivra à l’heure africaine dès le mois de mai !

En avril, l’immense sculpture haute de sept mètres du sculpteur sénégalais Ndary Lo baptisée « La prière universelle », en place depuis des années dans le parc de l’entreprise Blachère illumination » à Apt, sera installée sur le parvis du palais des papes.

Né en 1961 à Tivaouane au Sénégal, Ndary Lo expose depuis 1996. Il vit et travaille à Dakar. Diplômé de l’École nationale des Beaux-arts de Dakar, Ndary Lo poursuit une recherche sur le thème de l’Homme, avec comme matériau de base le fer. On retrouvera ainsi dans le cloître Benoit XII les silhouettes longilignes en fer à béton qu’il a sculptées chez lui à Dakar. Chevalier des Arts et Lettres de la République française, Ndary Lo a obtenu plusieurs prix et distinctions, dont le Grand prix Léopold Sédar Senghor de la Biennale de Dakar en 2002 et en 2008.

Ndary Lo, sculpteur sénégalais (Photo Colombe production)

Dans la salle du grand Tinel du palais des papes, deux œuvres de Moustapha Dimé, artiste sénégalais de l’Ile de Gorée, seront offertes au regard des visiteurs. Seront également présentées une monumentale tapisserie métallique « Confluences » du Ghanéen El Anatsui,  une grande installation « Egg fight » de l’Anglo-nigérian Yinka Shonibare Mbe ou encore « Solipsis » de l’artiste sud-africain Wim Botha.

Autre œuvre majeure de l’art africain, celle de l’artiste Ousmane Sow, disparu en décembre dernier… sa statue impressionnante « Le guerrier » est l’une des premières œuvres acquises par Jean-Paul Blachère lorsqu’il créa en 2004 la fondation éponyme. En mai, les visiteurs pourront l’admirer au musée Calvet avec trois autres œuvres d’Ousmane Sow. C’est cet artiste sénégalais qui avait guidé le mécène vauclusien dans ses premiers pas vers la découverte de l’art Africain. Comme un combat que les deux hommes ont mené tout au long de leur vie, la statue « Le guerrier », haute de 2,80m  accueille depuis des années tout visiteur à l’entrée du Centre d’art africain à Apt.

« Le guerrier » d’Ousmane Sow accueille les visiteurs depuis des années au Centre d’art africain à Apt (Photo Fondation Blachère)

Parmi les lieux qui accueilleront cette grande exposition à Avignon du 19 mai au 14 janvier 2018, le cloître du petit palais  accueillera une œuvre de Diagne Chanel, l’une des cinq artistes femmes de l’exposition, « Une saison au Sud Soudan ».

Le musée Lapidaire abritera un éléphant en bois de taille réelle de l’artiste sud-africain Andries Botha.

L’éléphant de l’artiste sud-africain Andries Botha sera présenté au musée Lapidaire (Photo Fondation Blachère)

On attend avec hâte de voir cette immense exposition consacrée à l’art africain et découvrir quelques unes des œuvres phares issues de la collection privée de l’Aptésien Jean-Paul Blachère, composées de  quelque 1800 pièces acquises au fil de trois décennies de pèlerinage en Afrique!

 

Violette

Ecrit par

Ici, souffle le mistral sous le soleil qui réchauffe les âmes. Le vent balaye le plateau de Sault, siffle sur le mont Ventoux, aiguise les Dentelles de Montmirail, défie le palais des papes et caresse la Sorgue, le Rhône et la Durance. Mais dans le Vaucluse, le vent porte aussi les mots du poète Frédéric Mistral et sème les tirades théâtrales pendant le célèbre Festival d'Avignon. Telle une colombe, j'aime survoler cette terre fertile composée des plus grands vignobles du monde, picorer dans les assiettes des grands chefs de Provence, admirer le savoir-faire des artisans. Et vous faire partager ces instants de bonheur...’

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à cette question pour valider le commentaire : *

Menu